Endoceutics à la conquête de l'Europe

La course contre la montre d’Endoceutics pour la commercialisation à l’échelle mondiale de l’Intrarosa franchit une nouvelle étape.

L’entreprise de Québec fondée par le docteur Fernand Labrie accorde une licence de commercialisation à la compagnie pharmaceutique Theramex pour la vente de son traitement innovant pour l’atrophie vulvovaginale dans près d’une trentaine de pays européens, notamment en France, en Allemagne, en Italie et au Royaume-Uni, ainsi qu’en Australie et en Russie.

«Theramex est une société qui partage notre vision d’aider les femmes à mieux vivre sans symptôme», a déclaré le docteur Labrie, par voie d’un communiqué de presse, en rappelant que l’Intrarosa était un traitement sécuritaire, efficace et supérieur aux options à base d’estrogènes actuellement disponibles sur le marché pour les femmes postménopausées souffrant d’atrophie vulvovaginale.

«Nous sommes heureux de pouvoir continuer le travail pionnier du Dr Fernand Labrie. Avec nos solides acquis et notre engagement à l’égard de la santé des femmes, nous sommes impatients de rendre Intrarosa accessible aux femmes pour mieux traiter cette affection», a souligné, pour sa part, le pdg de Theramex, Anish Mehta.

C’est au début de l’année 2018 qu’en Endoceutics a obtenu le feu vert de la Commission européenne pour commencer à livrer son produit vedette de l’autre côté de l’Atlantique.

Avant son entente avec Theramex — dont les détails financiers n’ont pas été dévoilés — l’entreprise de Québec avait conclu des accords avec d’autres compagnies pharmaceutiques pour la distribution de l’Intrarosa en Suède, en Norvège, au Danemark, en Finlande, en Islande, au Portugal, en Espagne, en Suisse, en Israël, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

«La plupart de ces partenaires envisagent le lancement de l’Intrarosa à la fin de 2018 ou au début de 2019», fait remarquer Audrey Dumoulin, responsable des communications et du marketing chez Endoceutics.

Aux États-Unis, l’Intrarosa est déjà en vente.

Au Canada, c’est une autre histoire. L’autorisation de Santé Canada se fait attendre.

Endoceutics assure la production de l’Intrarosa. Elle possède une usine à Mont-Saint-Hilaire. La compagnie a récemment commencé la construction d’un complexe industriel de 80 millions $ à L’Ancienne-Lorette. À terme, elle prévoit créer jusqu’à 1000 emplois.