Les Éditions Pratico-Pratiques, propriété de Caty Bérubé, a su garder la tête hors de l’eau grâce à une diversification mûrement planifiée.

Éditions Pratico-Pratiques: ne pas plier l’échine

Le chiffre d’affaires de son entreprise a grimpé de 25 % entre 2016 et 2017 et devrait faire un autre bond de 10 % en 2018. Le nombre d’employés, lui, est passé de 67 à 83 personnes.

Caty Bérubé n’est pas à la tête d’une société œuvrant en intelligence artificielle. Encore moins dans la production de cannabis, où les rendements financiers des compagnies sont astronomiques par les temps qui courent.

Elle est plutôt propriétaire d’une maison d’édition indépendante.

Et le monde de l’édition et de l’imprimé, disons-le franchement, ne vit pas ses heures de gloire. Les temps sont durs.

«L’hécatombe qui devait nous tomber dessus n’est pas arrivée», raconte Caty Bérubé.

Ce n’est pas un coup de chance qui lui a permis d’éviter le pire, mais plutôt une diversification mûrement planifiée.

L’histoire des Éditions Pratico-Pratiques, c’est le récit d’une PME de Québec qui a choisi de ne pas plier l’échine devant les malheurs de son industrie et de se retrousser les manches.

Pour monsieur et madame Tout-le-Monde

Les consommateurs québécois connaissent bien les titres des magazines et des livres des Éditions Pratico-Pratiques : Je cuisine, Je décore, Je jardine, Les Plaisirs gourmands de Caty, Gabrielle et le populaire 5 ingrédients-15 minutes, un magazine culinaire proposant des recettes simples et rapides qui compte plus de 25 000 abonnés.

Dès le lancement de son entreprise, en 2004, l’ancienne journaliste du Soleil a connu un succès quasi instantané.

«Notre recette est la même depuis 15 ans et c’est la mission de l’entreprise : produire des contenus qui sont adaptés au quotidien de monsieur et madame Tout-le-Monde. Je me souviens encore du tabac que nous avions fait, à l’époque, avec un numéro que nous avions publié sur l’art de transformer des armoires de mélamine.»

Dans les premières années, les magazines ne contenaient aucune publicité et ils étaient vendus seulement en kiosque. La PME avait même mis sur pied son propre réseau de distribution.

Graduellement, au fil des soubresauts économiques et des repositionnements stratégiques de l’entreprise, la publicité est apparue dans les publications des Éditions Pratico-Pratiques qui comptent aujourd’hui des abonnés. La maison d’édition possède encore son réseau de distribution et elle a signé des accords avec des grands distributeurs pour agrandir son territoire.

Elle a aussi lancé de nouveaux produits — des livres, notamment —, ce qui lui permet, au bout du compte, de se tenir la tête hors de l’eau.

«L’entreprise va très bien depuis deux ans, explique Caty Bérubé. Les ventes de nos magazines sont légèrement en hausse et celles des livres ont bondi de 77 %. Il y a encore un fort potentiel de croissance de ce côté-là et nous accentuons nos efforts de développement dans le reste du Canada avec la publication de deux livres en anglais.»

L’enjeu des entreprises: les contenus

En 2015 et 2016, le papier n’a vraiment plus la cote. Les experts sonnent déjà le glas des publications imprimées dont le tirage n’en finit plus de s’effondrer.

«C’est la crise. Nos annonceurs se font dire par les agences de ne plus acheter une seule ligne de publicité dans les magazines et les journaux. Pour elles, ces médias sont morts.»

Plutôt que de s’enfoncer dans l’inaction, la maison d’édition a choisi de passer à l’attaque. Son avenir allait transiter par la diversification de ses activités.

«Nous sommes allés rencontrer chacun de nos clients et nous leur avons demandé ce que l’on pourrait faire pour eux», explique Caty Bérubé qui est aussi présidente de l’Association québécoise des éditeurs de magazines.

«Unanimement, ils nous ont avoué qu’ils avaient besoin de contenu pour alimenter leur site Web et les médias sociaux. Ça tombait pile. Notre force, c’est la création de contenus. Pourquoi ne mettrions-nous pas cette expertise-là à leur service?»

Effectivement, avec ses nombreuses publications dans les domaines de la décoration, de la cuisine, de la santé et de la mode, la création de contenus n’a plus de secret pour les Éditions Pratico-Pratiques qui, en plus de ses magazines et ses livres, produit des photos et des vidéos. Par exemple, tous les gestes posés par les chefs qui préparent les petits plats dans la cuisine spécialement aménagée dans les locaux de l’entreprise sont captés par la vidéo. À la fin, l’appétissant résultat est immortalisé par un photographe.

«L’enjeu pour les entreprises, en ce moment, c’est le contenu. Si vous voulez que les consommateurs aillent sur votre site Web, il faut que vous soyez présent sur les réseaux sociaux. Pas seulement pour dire que vous êtes beau et fin! Ça vous prend du contenu pertinent et de qualité», affirme Caty Bérubé. «Et pour faire ça, on est pas mal bon! C’est notre pain et notre beurre.»

Aujourd’hui, les Éditions Pratico-Pratiques alimente les comptes Facebook, Instagram, Pinterest et cie d’une vingtaine d’entreprises, dont Fabricville, Stokes et Permacon.

Elle fournit également à des clients un accompagnement stratégique Web sur mesure. À cette fin, une équipe de marketing externe a même été constituée au sein de l’organisation.

«Nous inventons même des recettes culinaires pour nos clients!» indique Mme Bérubé.

«En diversifiant nos sources de revenus, nous faisons travailler notre monde et ça permet de créer de nouveaux emplois.»

En passant, il y a présentement près d’une dizaine de postes disponibles aux Éditions Pratico-Pratiques.