Les modalités de la distribution des nouvelles sommes d'argent devraient être connues l'automne prochain. À la condition, évidemment, que les tribunaux approuvent le protocole de distribution.

Écrans ACL: d'autres dollars pour les Canadiens

Vous avez reçu des billets verts, en 2015, des manufacturiers de tableaux à cristaux liquides (ACL) à la suite d'un règlement intervenu à l'échelle du pays dans le cadre d'un recours collectif? Soyez aux aguets!
De l'argent - l'argent, dans les faits, que vous avez payé en trop lors de l'achat d'un téléviseur, d'un moniteur d'ordinateur ou d'un ordinateur portable entre janvier 1998 et décembre 2006 - pourrait revenir dans vos poches.
Et, qui sait, peut-être avec le prochain temps des Fêtes! 
De nouveaux règlements sont intervenus avec deux fabricants, LG et HannStar.
Le premier s'engage à verser 21,2 millions $ aux consommateurs. HannStar, pour sa part, met un peu plus de 2 millions $ sur la table pour mettre au terme au recours devant les tribunaux. 
Si LG et HannStar ont décidé d'ouvrir leurs goussets, ils nient toutefois avoir participé à toute forme de collusion pour fixer les prix des panneaux ACL et des produits contenants des panneaux d'ACL au Canada. 
Les règlements intervenus avec LG et HannStar doivent recevoir la bénédiction des tribunaux au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique d'ici la mi-avril.
C'est en 2007 que l'action collective canadienne contre les manufacturiers de tableaux à cristaux liquides avait été déposée en Ontario.
Un premier règlement à l'amiable avait été autorisé par le tribunal en 2014. 
Cinq fabricants acceptaient alors de payer 37,6 millions $ pour régler le litige avec les plaignants. À eux seuls, Samsung Electronics et Samsung Electronics Canada s'engageaient à débourser à 21,5 millions $. Innolux (10 millions $), Japan Display (3,1 millions $), Chunghwa Picture Tubes (2 millions $) et Epson Imaging Devices Corporation (1,2 million $) allaient également piger dans leur compte en banque pour mettre un terme à la cause devant les tribunaux.
Ils mettaient la main dans leur poche, mais refusaient d'admettre qu'ils avaient comploté ou qu'ils avaient causé un dommage quelconque à quiconque. 
Des 37,6 millions $, un peu plus de 25 millions $ se sont retrouvés dans les poches des consommateurs canadiens. La différence a servi à payer les honoraires professionnels, les frais d'experts et la publication des avis dans les médias.
Cagnotte de près de 34 millions $ 
Tout juste avant la conclusion des ententes avec LG et HannStar, les différentes firmes d'avocats représentant les consommateurs, notamment les cabinets Siskinds et Bouchard Pagé Tremblay, annonçaient que des règlements avaient été autorisés par la cour avec deux autres manufacturiers de tableaux à cristaux liquides. AU Optronics Corporation et Toshiba Corporation promettaient de payer respectivement 8,6 et 2,1 millions $.
Devant les juges des cours du Québec, de l'Ontario et de la Colombie-Britannique, les procureurs vont demander que les  fonds provenant de ces deux ententes (10,7 millions $) et de celles à venir avec LG et HannStar (23,2 millions $) - une cagnotte totalisant près de 34 millions $ - soient distribués en bloc aux consommateurs.
Selon Me Linda Visser, du cabinet Siskinds, les modalités de la distribution des sommes d'argent devraient être connues l'automne prochain. À la condition, évidemment, que les tribunaux approuvent le protocole de distribution.
En 2014, les consommateurs n'avaient pas eu à fournir un reçu ou autre preuve d'achat pour récupérer l'argent payé en trop entre janvier 1998 et décembre 2006 pour l'achat d'un téléviseur ou d'un ordinateur. Ils n'avaient eu qu'à déposer une réclamation en ligne. Le paiement minimum à l'époque était de 25 $. Le montant des sommes versées dépendait du nombre et de la valeur des réclamations déposées par les consommateurs et les entreprises.
L'action collective contre les fabricants de tableaux à cristaux liquides n'est pas encore terminée. En effet, les procédures se poursuivent à l'encontre de compagnie Sharp.
Pour en savoir davantage sur le recours collectif contre les manufacturiers de panneaux d'ACL ou de produits contenant des panneaux d'ACL, il suffit de visiter le site : www.recourscollectifsbpt.com/lcd.