Nathaly Riverin, directrice générale de l'École d'entrepreneurship de Beauce.

École d'entreneurship de Beauce: des retombées payantes

Ça se passait en septembre 2010. L'École d'entrepreneurship de Beauce (EEB) accueillait sa première cohorte d'«entrepreneurs-athlètes», des jeunes gens d'affaires qui allaient payer 50 000 $ pour apprendre, pendant un peu plus de deux ans, les rudiments du métier d'entrepreneur auprès de chefs d'entreprise de haut niveau. Un peu plus de trois ans plus tard, la seule école pour les chefs d'entreprise au Canada rend compte des premiers résultats de son programme Élite auxquels ont participé 66 finissants au sein des trois premières cohortes.
Les données répertoriées par l'EEB sur l'ampleur des retombées et l'importance de la progression des «entrepreneurs-athlètes» parlent d'elles-mêmes. Ainsi, à la suite de leur passage à Saint-Georges, les 66 finissants ont réussi à augmenter le chiffre d'affaires de leur entreprise de 2,5 millions $ en moyenne. «Au total, c'est plus de 125 millions $ additionnels qui ont été générés dans l'économie québécoise par les trois premières cohortes de finissants de l'école au cours des deux ans et demi que durait le programme Élite», a indiqué hier la directrice générale de l'EEB, Nathaly Riverin.
Cet accroissement du chiffre d'affaires s'est accompagné d'une augmentation des effectifs au sein des entreprises dirigées par les «entrepreneurs-athlètes». Selon l'EEB, pas moins de 500 nouveaux emplois ont vu le jour dans la foulée de la croissance des activités de ces entreprises.
Le programme Élite, qui vise à développer les compétences entrepreneuriales des patrons, insiste sur la création de réseaux d'échanges. Or, la leçon semble avoir été bien comprise par les finissants, car ces derniers affirment avoir multiplié par 28 le nombre de contacts dans leur réseau d'affaires.
Et les «entrepreneurs-athlètes» ont appris à trouver un meilleur équilibre entre le boulot et leur vie personnelle. «Dans la recherche d'une meilleure conciliation entre le travail et la famille, ils disent aujourd'hui consacrer en moyenne six heures de plus par semaine à leurs proches et cinq heures de moins au travail, et ce, tout en obtenant de meilleurs résultats d'affaires», a précisé Mme Riverin.
Le programme
S'échelonnant sur deux ans, soit 12 modules de quatre à six jours toutes les huit semaines, le programme Élite de l'EBB s'adresse à des chefs d'entreprise accumulant en moyenne 10 ans d'expérience en affaires. Le recrutement de la huitième cohorte qui amorcera sa formation en mars est en cours.
Fondée par Marc Dutil, président et chef de la direction du Groupe Canam, l'EEB compte sur la collaboration d'une cinquantaine d'«entrepreneurs-entraîneurs» de la trempe des Laurent Beaudoin, Jean Coutu, Marcel Dutil, Alain Lemaire, Monique Leroux, Placide Poulin et Charles Sirois.