Après avoir testé différentes technologies dans sa «succursale laboratoire» du Carrefour Laval, près de Montréal, la direction prévoit maintenant déployer de nouveaux services aux consommateurs à travers son réseau.

Du service-conseil plus interactif à la SAQ

La Société des alcools du Québec (SAQ) entreprendra au cours des prochains mois une nouvelle étape dans son virage technologique.

Après avoir testé différentes technologies dans sa «succursale laboratoire» du Carrefour Laval, près de Montréal, la direction prévoit maintenant déployer de nouveaux services aux consommateurs à travers son réseau.

La société d’État souhaite notamment mettre de l’avant des outils d’aide pour ses conseillers. Par exemple, lorsque le client se présentera dans un point de vente avec sa carte Inspire, l’employé de la SAQ pourra obtenir avec l’aide d’une tablette le profil et l’historique d’achat de la personne. Plusieurs succursales de la province offriront ce nouveau service dès les premiers mois de 2018.

La SAQ se penche aussi sur un projet permettant de déguster davantage de produits en succursale. Une demande de la clientèle, répond la direction. Des tests sont présentement réalisés au Carrefour Laval. 

Afin de conserver le vin dans les bouteilles ouvertes, la SAQ utilise un appareil appelé Coravin. Il s’agit d’un instrument qui permet de retirer le vin avec l’aide d’une aiguille à partir du bouchon. De l’azote remplace le liquide prélevé afin de maintenir la qualité du produit. 

«Il s’agit d’un service de conseils dans un mode très interactif où l’on peut ouvrir plusieurs bouteilles pour déguster», indique au Soleil le président de la société d’État, Alain Brunet. «Il faut toutefois configurer le magasin en conséquence. C’est une grosse évolution pour nous», poursuit-il. Cette offre devrait être déployée en 2018.

La possibilité d’offrir des étiquettes qui peuvent être lues à partir d’un cellulaire est également étudiée par la société d’État. D’ailleurs, une compagnie de Québec baptisée Orion-Tag avait démontré de l’intérêt au début de l’année pour présenter à la SAQ sa technologie permettant de remplacer les étiquettes en papier par des étiquettes électroniques. Le projet est toujours sur la table, indiquent les responsables de l’entreprise.

À la SAQ, on prévoit mettre en place ce nouveau service en 2019. 

Bornes en magasins

Comme autre chantier dans ses cartons, la société d’État souhaite installer dans ses magasins des bornes d’accès à l’information. Il s’agit d’un écran fixe de 22 pouces. Ce dernier permettra aux clients de mieux connaître les produits. Six magasins du réseau, principalement dans la région Montréal, possèdent déjà la technologie. L’objectif est de l’étendre à travers la province au début 2018.

«Dans notre magasin laboratoire de Laval, on teste de nouvelles applications et comment on doit modifier l’expérience en magasin», explique le grand patron de la SAQ. «Notre virage est centré sur les besoins des clients», poursuit-il.

Au cours des dernières années, la SAQ a apporté plusieurs changements dans son offre commerciale avec son virage Web, entre autres avec l’offre click & collect où les clients commandent et passent prendre leurs marchandises en magasin, et le lancement de la carte Inspire qui permet aux utilisateurs d’accumuler des points. 

«Nous avons une feuille de route, un peu comme pour notre plan de trois ans sur nos prix. Nous sommes très structurés», note M. Brunet. «Sur les investissements en technologie, il faut être encore plus structuré. Il faut contrôler nos déploiements pour atteindre les effets recherchés. Pour les prochaines années, on va continuer d’améliorer nos services», conclut le président.