Règle générale, un pourboire de 15 % doit être calculé sur le montant de la facture avant les taxes.

Du pourboire sur les taxes au restaurant

Payer un pourboire sur un repas au restaurant va de soi. Payer un pourboire sur les taxes de ce même repas est pour le moins étrange. Pourtant, c'est ce que de nombreux clients font sans même le savoir.
Depuis déjà quelque temps, les terminaux de paiement direct que l'on retrouve dans les restaurants offrent aux clients la possibilité d'ajouter un pourboire en inscrivant au clavier un montant en argent ou en choisissant une fonction «pourcentage».
Cette fonction ajoute un pourcentage prédéterminé - le plus souvent 15 % - au montant total de l'addition. À certains endroits, on laisse à la discrétion du client le pourcentage de l'addition qu'il désire laisser en pourboire. Mais peu importe le pourcentage choisi, celui-ci est calculé sur le montant de l'addition après taxes. Le client se retrouve donc à payer du pourboire sur son repas et sur les taxes appliquées à son repas.
Par exemple, pour un repas qui coûte 10 $, les taxes s'élèvent à 1,39 $, pour un montant total de 11,39 $. Normalement, si le client veut laisser un pourboire de 15 %, il ajoute 1,50 $, soit 15 % de 10 $, et il repartira moins riche de 12,89 $.
Par contre, si le client paye au moyen de sa carte de débit sur une machine Interac et qu'il choisit d'utiliser la fonction «pourcentage» pour laisser un pourboire de 15 %, il quittera le restaurant avec 13,10 $ de moins dans son compte en banque. Les 15 % auront été calculés sur 11,39 $ plutôt que sur 10 $.
Selon Revenu Québec, on ne peut parler de pratique illégale. «Le terminal ne fait que proposer un montant à titre de pourboire, montant que le client est libre d'accepter ou de refuser, explique Dany Lapointe, conseiller en communication chez Revenu Québec. Ainsi, le 15 % ajouté par le terminal, le cas échéant, peut être calculé sur le montant de l'addition avec ou sans les taxes.»
Certains restaurateurs interrogés par Le Soleil étaient au courant de cette situation. «C'est vrai que le 15 % est calculé par le terminal sur le montant total de la facture, et c'est pour ça que nous inscrivons sur nos factures un pourboire suggéré qui équivaut à 15 % du coût du repas, avant taxes», explique Tom Pelletier, gérant chez Joe Smoked Meat, rue Saint-Vallier à Québec. «Habituellement, on le précise au client. Mais c'est officiel dans tous les restaurants que si on inscrit 15 % sur la machine, ça va être calculé sur le montant après taxes.»
Comme le terminal de paiement n'est pas une caisse enregistreuse, il n'est pas programmé pour départager les taxes du montant qu'y inscrit le serveur avant de le passer au client.
Avantage serveur
Si la situation avantage quel­qu'un, c'est évidemment le serveur, qui reçoit un peu plus de pourboire chaque fois qu'un client utilise le calcul automatique sur le terminal.
«L'employé est le grand gagnant, note François Bédard, fiscaliste chez Mallette. Il paye plus d'impôt, oui, mais c'est quand même un beau problème parce qu'il reçoit plus d'argent. Pour le restaurateur, c'est moins clair. Il doit verser des déductions à la source plus élevées, mais il est compensé en partie par le crédit d'impôt sur le pourboire.»
Ce que confirme Revenu Québec, qui dit ne pouvoir identifier l'avantage fiscal que le restaurateur retirerait d'une telle pratique.
Ultimement, c'est au client que revient la responsabilité de s'assurer qu'il donne le bon montant en pourboire. Et s'il s'aperçoit de l'erreur une fois la transaction complétée, Denise Bisson, spécialiste de l'étiquette, suggère de simplement mentionner au serveur qu'il y a une erreur dans le pourboire et de demander une note de crédit.
«Évidemment, ça peut paraître un peu déplacé d'en parler une fois que la facture est payée. C'est pourquoi on ne devrait jamais se fier à la machine pour calculer le pourboire et toujours choisir d'inscrire soi-même le montant, conseille Mme Bisson. C'est dommage que les gens n'en soient pas conscients.»