Le capitaine Bertrand Desbois jubilait devant l'abondance de sa première levée de cages de crabes.

Du crabe en abondance

La pêche au crabe des neiges s'est ouverte mercredi matin dans la zone 17 de l'estuaire du Saint-Laurent. Jeudi soir, les camions fourmillaient sur les ports, en attente des premiers débarquements. Pêcheurs, poissonniers et quelques amateurs du réputé crustacé étaient tout aussi fébriles, d'autant plus que les cales débordaient. Le crabe frais est maintenant arrivé dans les poissonneries.
Mardi, le capitaine Bertrand Desbois se préparait, avec son équipage composé de cinq à six aides-pêcheurs, à partir en mer à bord du Dauphin III. Mais, les glaces au port de Matane étaient encore trop épaisses. Il a demandé les services d'une excavatrice amphibie, qu'il appelle une «grenouille». Sinon, il risquait de prendre du retard et d'endommager son bateau.
Aux aurores mercredi, le capitaine Desbois et ses hommes ont pris le large. Ils sont revenus jeudi soir avec leurs premières prises. «Pour une première levée de cages, ça augure bien, se réjouissait le capitaine. On a pris 15 000 livres! On est à peu près au double des dernières années. Depuis une couple d'années, c'est bon. Ça va être une grosse saison, cette année! Il est gros et il y en a en masse!»
«Le crabe, il y a deux à trois ans, il était dur à prendre», se souvient Bertrand Desbois. On levait 191 cages, puis on rentrait à peu près 3500 livres. Là, on a levé 200 et quelques cages et on a 15 000  livres!»
Bertrand Desbois est d'autant plus heureux que, pour cette saison, les quotas de la zone 17 ont été augmentés de 25 %. Par conséquent, le capitaine pourra pêcher jusqu'à 400 000 livres de crabes. Il s'attend de fermer sa saison le 15 mai.
Capitaines de pères en fils
Originaire de Sainte-Thérèse-de-Gaspé, le Gaspésien de 53 ans, qui «est tombé dans une panne de crabes dès son jeune âge», possède une flotte de cinq navires de pêche. Sa famille est composée de pêcheurs, tant du côté de sa mère que de son père. Les Desbois sont des capitaines de père en fils. 
D'ailleurs, les camions de l'entreprise paternelle, Les Pêcheries Raymond Desbois, sont partis jeudi soir avec la cargaison de crabes vivants en direction de la poissonnerie familiale située au Marché du Vieux-Port de Québec. Bien que le prix puisse fluctuer selon les endroits, M. Desbois estime qu'il devrait se détailler aux alentours de 7,75 $ la livre.
D'ici environ deux semaines, la famille Desbois ouvrira une autre poissonnerie à Sillery, à laquelle sera annexé un restaurant nommé La Gaspésienne 51.