La fibre de chanvre brute, une fois filée et tricotée, peut servir à confectionner des tenues de combat pour les militaires. À droite, un exemple d'uniforme à base de chanvre industriel présenté au Salon du secteur de la défense au Canada (CANSEC), en mai à Ottawa.

Du chanvre dans des uniformes militaires

Et si le bon chanvre canadien était utilisé pour fabriquer des uniformes de combat pour les militaires?
La question trottait depuis longtemps dans la tête des spécialistes de la recherche et développement de Logistik Unicorp, un fabricant de vêtements de protection de Saint-Jean-sur-Richelieu, et de Régitex, un filateur de Saint-Joseph-de-Beauce qui produit des fils de haute technologie pour les marchés de protection, du vêtement et de l'ameublement, entre autres.
Ils ont consacré tout près de trois ans à peaufiner le processus de transformation du chanvre industriel - qui pousse en abondance au Québec, en Ontario et en Alberta principalement - en fibre textile.
À l'occasion du principal Salon du secteur de la défense au Canada (CANSEC) qui se tenait à Ottawa à la fin du mois de mai, le tandem Logistik Unicorp-Régitek a fait tourner les têtes avec le tout premier uniforme de combat fabriqué à partir de fibres de chanvre canadien.
«Maintenant, nous voulons bâtir une chaîne d'approvisionnement entièrement canadienne pour développer le potentiel du chanvre dans l'industrie du textile», explique au Soleil Rick Martignetti de Régitex. «Le secteur militaire nous servira de rampe de lancement.»
L'utilisation du chanvre pour fabriquer des cordages, des toiles et des vêtements était courante au Canada au XVIIIe et au XIXe siècle, signale Agriculture et Agroalimentaire Canada. 
En raison de son utilisation comme médicament illicite, le chanvre est devenu illégal en 1938. 
En 1998, il a été légalisé, notamment à des fins de recherche. Toutes les souches de chanvre industriel au pays sont réglementées et font l'objet de contrôle serré de la part du gouvernement fédéral, notamment pour contrôler le niveau de tétrahydrocannabinol (THC), l'ingrédient actif de la marijuana.
Peu à peu, le chanvre industriel - qui renferme peu de THC et ne provoque aucun effet psychotrope - a repris ses lettres de noblesse.
Pour mettre sur les rails des projets de technologie propre, le gouvernement de Stephen Harper avait accordé un coup de 1,1 million $ à Logistik Unicorp, en 2011, pour développer le potentiel du chanvre dans le processus de fabrication d'uniformes, notamment pour remplacer la fibre de coton. La fibre du chanvre industriel est considérée plus résistante que celle du coton et offre une meilleure protection contre la chaleur, en plus d'être naturellement antibactérienne. 
Le défi pour Régitex et son partenaire était de transformer en fil la matière première pour son utilisation par l'industrie du textile.
«Nous avons fait de nombreux tests avec les échantillons de chanvre que l'on fournissait pour transformer la matière première et en faire des fils de haute qualité», précise Rick Martignetti.
La fibre la plus écologique?
Entreprise spécialisée dans la production de vêtements dans des tissus écologiques, Respecterre place le chanvre comme la fibre la plus écologique actuellement accessible.
«Il est beaucoup plus résistant que le coton. Il est hypoallergénique et non-irritant pour la peau. La plante est naturellement très résistante aux parasites et sa croissance demande peu d'eau», écrivait Respecterre sur son site Internet en février 2016.
«L'expertise pour broyer les tiges des plantes, filer et tricoter le chanvre reste à développer au Canada. Pour l'instant, il n'existe aucun tissu fait de chanvre poussé au Canada», ajoutait-on.
Logistik Unicorp et Régitex se chargent de corriger la situation.