Le président Trump a aussi annoncé aux journalistes, jeudi à la Maison-Blanche, que celui qu'il a nommé secrétaire au Commerce, le milliardaire Wilbur Ross, prendra part aux pourparlers sur l'ALÉNA.

Donald Trump met la table pour la réouverture de l'ALÉNA

Donald Trump commence à mettre la table pour la réouverture de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA).
Le président a indiqué jeudi à Washington que son secrétaire au Commerce sera impliqué dans les négociations, qui devraient s'amorcer aussi rapidement que le permettent les directives juridiques.
M. Trump souhaite une nouvelle entente juste et équitable - que ce soit par le biais d'un ALÉNA revu et corrigé ou d'un tout nouvel accord.
Ce flou semble suggérer que le président américain n'a pas encore fait son lit sur l'ampleur des changements qu'il souhaiterait apporter - et même sur la forme que devrait prendre le nouvel accord.
Certains experts du commerce international croient que l'accord trilatéral de 1993 entre le Canada, les États-Unis et le Mexique pourrait être scindé en plusieurs accords bilatéraux distincts et différents - une approche favorisée par l'un des plus proches alliés du président Trump au Congrès.
Des responsables canadiens ont indiqué de leur côté qu'ils préféreraient améliorer l'accord actuel, mais qu'ils s'accommoderaient d'ententes bilatérales.
Wilbur Ross participera aux échanges
Le président Trump a aussi annoncé aux journalistes, jeudi à la Maison-Blanche, que celui qu'il a nommé secrétaire au Commerce, le milliardaire Wilbur Ross, prendra part aux pourparlers sur l'ALÉNA - même si de telles négociations internationales sont habituellement menées par le Bureau du représentant américain au commerce, responsable de la politique commerciale extérieure des États-Unis.
Cette annonce pourrait bien provoquer des soupirs de soulagement à Ottawa: l'homme d'affaires Wilbur Ross n'est pas considéré comme un «faucon antimondialisation» au sein de l'équipe du président Trump.