Il était important pour le copropriétaire Charles Kamoun de conserver le nom du Maurice.

DJ, danseurs et acrobates: le patron du Maurice 2.0 voit grand

Au mois de mars, les amateurs de boîtes de nuit pourront profiter d’une nouvelle adresse en ville. Du moins, d’un nouveau décor et d’un nouveau concept. Le Maurice Nightclub va renaître de ses cendres sous une nouvelle formule de «bar et spectacles» avec DJ, danseurs et acrobates.

Joint alors qu’il est en voyage en Thaïlande, le nouveau patron de l’endroit, Charles Kamoun mentionne avoir plusieurs projets en tête pour relancer l’institution ouverte de 1994 à 2017.

Le jeune homme d’affaires de 25 ans explique au bout du fil s’être justement inspiré en partie de son parcours en Asie pour concocter la nouvelle mouture de la discothèque de la Grande Allée.

«On veut un produit qui n’existe pas à Québec et à Montréal. Oui, cela va être une discothèque où on peut danser, mais aussi un bar-spectacles artistique avec des musiciens, des danseurs, des danseuses et des acrobates. Cela va être quelque chose de significatif pour la Ville de Québec. On va offrir un spectacle chaque soir», indique au Soleil le copropriétaire.

«Est-ce qu’on va aller vers l’électro ou le techno? Cela marche de moins en moins. Pour ma part, je suis un gros fan de groove», poursuit-il, précisant qu’il connaît bien le milieu de la vie nocturne de la capitale. 

Il faut dire qu’il a déjà travaillé comme barman en chef au Maurice Nightclub et aussi pour la chaîne Shaker Cuisine et Mixologie. 

L’aventure du Maurice 2.0 de M. Kamoun se réalisera en collaboration avec un partenaire d’affaires qui agira à titre d’investisseur. Ce dernier préfère garder l’anonymat. Les derniers documents officialisant le projet devraient se signer le 27 janvier.

Si tout se déroule comme prévu, les travaux pour l’aménagement de l’endroit devraient débuter vendredi.

«C’était important pour moi de conserver le nom du Maurice, car je crois en cette institution. C’est le premier endroit où je suis sorti à Québec. Nous allons toutefois réaliser d’importantes rénovations. Les gens qui ont connu l’endroit vont se sentir ailleurs. On va s’inspirer des autres cultures et des tendances actuelles», dit-il. 

Pour réaliser le projet, une vingtaine de personnes, serveurs et barmans, entre autres, seront embauchées au cours des prochaines semaines. L’investissement de la nouvelle direction devrait être de «plusieurs centaines de milliers de dollars».

Quant à la possibilité de servir de la nourriture, M. Kamoun ne ferme pas la porte bien qu’aucun projet de restaurant ne figure dans ses plans. Il envisage plutôt une possible association avec son voisin, le Bistro Patrizio & Co., pour offrir un service sur sa terrasse.

Et ne dites surtout pas à M. Kamoun que le nightlife est mort, et ce, même si la capitale a perdu plusieurs joueurs importants, comme Le Beaugarte, dans Sainte-Foy, et Le Boudoir, dans Saint-Roch, au cours des dernières années. 

«Il y a beaucoup de gens qui disent que le nightlife est mort à Québec. Ce n’est pas vrai. C’est une tendance qui ne se démodera jamais. Il faut juste avoir une étincelle de plus et offrir quelque chose qui sort de l’ordinaire», répond celui qui a commencé sa carrière au bas de l’échelle au restaurant Le Vendôme situé au 36, Côte de la Montagne. Cet établissement est aujourd’hui fermé. 

Selon les plans de la direction, le Maurice 2.0 ouvrira ses portes en mars. Par la suite, l’objectif est d’offrir un service de nourriture sur la terrasse dès cet été. Dans une autre étape, le troisième étage de l’établissement devrait aussi être aménagé pour les oiseaux de nuit. 

«Au final, cela pourrait être un concept différent par étage. La barre est haute, mais le Maurice 2.0 va être là pour rester», conclut le jeune homme d’affaires, saluant la collaboration du propriétaire du complexe, Denis Pelletier, dans cette aventure.

Le Maurice Night Club et le Charlotte ont fermé leurs portes en novembre 2017.