Le pdg de BRP, José Boisjoli

Dividende de BRP: les Beaudoin-Bombardier passeront à la caisse

La participation de la famille Beaudoin-Bombardier dans BRP lui permettra de passer à la caisse alors que le constructeur de véhicules récréatifs s'apprête à verser le premier dividende de son histoire en plus de procéder à un important rachat d'actions.
En dévoilant ses résultats du premier trimestre avant son assemblée annuelle, jeudi, la société de Valcourt a annoncé qu'elle retournera huit cents par action à ses porteurs de titres à compter du 13 juillet en plus de racheter des actions jusqu'à concurrence de 350 millions $ d'ici la fin juillet à un prix qui n'a pas encore été déterminé.
«En raison de notre élan dans l'ensemble de nos secteurs et de notre optimisme, notre flexibilité nous a permis d'atteindre nos objectifs de croissance tout en générant un retour pour nos actionnaires», a affirmé son président et chef de la direction, José Boisjoli, au cours d'une conférence téléphonique.
Avec ses 41,2 millions d'actions à droit de vote multiple, la famille qui contrôle Bombardier recevra jusqu'à 3,3 millions $ dans le cadre du premier versement du dividende et pourrait empocher davantage en vendant certaines de ses actions.
La firme américaine d'investissement Bain Capital aura également droit à sa part du gâteau grâce à ses 31,7 millions d'actions.
Ces deux actionnaires majoritaires, qui détiennent conjointement 65,3 % de BRP, se délesteront d'une partie de leurs actions pour maintenir une participation équivalente dans la société au terme du processus de rachat.
«À notre avis, ce processus pourrait permettre à Bain Capital de diversifier une partie de ses 31,7 millions d'actions détenues en date du 22 mars», a observé l'analyste Benoit Poirier, de Desjardins Marchés des capitaux, dans une note envoyée par courriel.
Le constructeur des Ski-Doo, Sea-Doo et Can-Am avait été essaimé de Bombardier (TSX:BBD.B) en 2003 et avait effectué son premier appel public à l'épargne en 2013.
Ces annonces ont également fait bondir le titre de BRP (TSX:DOO), qui a touché un sommet de 37,87 $ à la Bourse de Toronto. En mi-journée, l'action se transigeait à 37,10 $, en hausse de 4,20 $, ou 12,90 %.
Le chef de la direction financière, Sébastien Martel, a indiqué que le dividende sera ajusté en fonction de la croissance des profits tout en précisant qu'aucune cible n'avait été déterminée.
Prévisions relevées
En ce qui a trait à ses résultats pour la période de trois mois terminée le 30 avril, BRP a affiché une perte nette de 18,5 millions $, ou 17 cents par action. Ce résultat a été attribué à la fluctuation défavorable des taux de change.
De leur côté, les revenus ont été de 956,2 millions $, en progression de 3 %.
«En dépit du printemps tardif, les perspectives demeurent intéressantes pour la saison des motomarines», a estimé M. Boisjoli, qui a également souligné que les ventes au détail des Can-Am et autres véhicules côte à côte étaient en hausse de 30 % cette saison.
Abstraction faite des éléments non récurrents, BRP a généré un bénéfice normalisé de 28,3 millions $, ou 25 cents par action, par rapport à 4,8 millions $, ou quatre cents par action, lors du premier trimestre de l'exercice 2016.
Cette performance a en partie répondu aux attentes des analystes sondés par Thomson Reuters, qui tablaient sur un profit normalisé par action de neuf cents et sur des recettes de 975 millions $.
BRP s'attend désormais à ce que la croissance de ses revenus pour l'exercice se terminant le 31 janvier oscille entre quatre et 8 %, alors que la fourchette précédente variait entre 2 et 6 %.
Le bénéfice normalisé par action devrait croître de 10 à 16 %, alors que BRP anticipait auparavant une augmentation oscillant entre sept et 13 %.
En ce qui aux investissements, ils devraient varier entre 240 et 255 millions $. La prévision précédente de l'entreprise prévoyait des dépenses de 215 à 230 millions $.