La Commission des relations du travail vient d'accréditer les Métallos pour représenter les salariés des deux Tim Hortons de Sept-Îles.

Deux Tim Hortons de Sept-Îles se syndiquent

Le syndicat fait son entrée dans deux Tim Hortons de Sept-Îles, ce qui est loin d'être habituel pour la chaîne de restauration, qui ne compte qu'un autre établissement syndiqué au Québec. La Commission des relations du travail vient d'accréditer les Métallos pour représenter les salariés septiliens.
Selon nos informations, seul un Tim Hortons à Longueuil a déjà reçu une accréditation syndicale, en 2003. À Sept-Îles, des travailleurs ont approché le syndicat des Métallos en décembre. «Des salariés ont soulevé des problématiques dans l'horaire de travail, en santé et sécurité», énumère le coordonnateur régional, Dominic Lemieux.
Le représentant soulève aussi que des employés se sont plaints de devoir compter leur caisse «sur leur propre temps» et de la pression «imposée» qu'entraîne le service au volant en période d'achalandage. Pour l'heure, la décision de la commission ne touche que deux des quatre Tim Hortons de Sept-Îles. Des demandes d'accréditation ont déjà été adressées pour les deux autres établissements.
Patrons et siège social gardent le silence
Advenant une syndicalisation des quatre restaurants, qui appartiennent tous au même groupe, les Métallos pourraient compter sur une centaine de nouveaux membres. L'un des propriétaires de Sept-Îles n'a pas voulu commenter la décision de la Commission des relations du travail, rendue le 4 février.
Le siège social, situé en Ontario, n'a pas donné suite à nos appels.