La Chine a révoqué le certificat d’exportation d’un des plus importants producteurs de grains du Canada. Le gouvernement chinois a récemment suspendu les importations de canola de la société Richardson International. Sue la photo, un champ de canola en Alberta

Deux ministres témoigneront pour discuter d’un embargo chinois sur le canola

OTTAWA — Deux ministres fédéraux ont été convoqués par le comité permanent du commerce international de la Chambre des communes pour discuter de la décision de la Chine de révoquer le certificat d’exportation d’un des plus importants producteurs de grains du Canada.

Les parlementaires veulent entendre la ministre de l’Agriculture Marie-Claude Bibeau et le ministre du Commerce international à ce sujet au cours de la semaine du 1er avril.

Le gouvernement chinois a récemment suspendu les importations de canola de la société Richardson International. Les autorités chinoises allèguent avoir dépisté «des parasites dangereux» dans la production de l’entreprise.

Au cours d’une entrevue réalisée la semaine dernière, M. Carr avait déclaré que le Canada s’efforçait de résoudre ce problème important sur le plan économique, tout en ajoutant que la Chine se devait de fournir des preuves à l’appui.

Plusieurs voient dans cette mesure des représailles contre l’arrestation par le Canada de Meng Wanzhou, la directrice financière et fille du fondateur du géant technologique chinois Huawei. Le Canada étudie la demande d’extradition de Mme Meng à la suite de son arrestation en décembre, à la demande des États-Unis, où elle est recherchée pour des accusations de fraude.

La Chine a arrêté deux Canadiens le 10 décembre dans le cadre de ce qui est largement perçu comme une tentative de pression sur le Canada. Après l’arrestation de Mme Meng, un tribunal chinois a également condamné à mort un Canadien lors d’un nouveau procès pour trafic de drogue, annulant une peine de 15 ans de prison prononcée précédemment.