Les actions dans les entreprises qui tirent une part importante de leurs revenus des énergies fossiles sont désormais complètement exclues de la gamme SociéTerre de Desjardins, révèle le pdg du mouvement, Guy Cormier.
Les actions dans les entreprises qui tirent une part importante de leurs revenus des énergies fossiles sont désormais complètement exclues de la gamme SociéTerre de Desjardins, révèle le pdg du mouvement, Guy Cormier.

Desjardins retire les énergies fossiles de ses fonds SociéTerre

Myriam Boulianne
Myriam Boulianne
Le Soleil
EXCLUSIF / Le Mouvement Desjardins annonce que ses 17 Fonds et Portefeuilles SociéTerre se retirent complètement du pétrole et des pipelines. La proportion investie dans les énergies fossiles est donc passée de 5 à 0 %, a révélé le pdg du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, dans une entrevue exclusive accordée au Soleil.

«Cette décision s’inscrit dans l’engagement de Desjardins à privilégier une transition énergétique juste. Pour nous, c’est un pas de plus dans cette transition énergétique là et ça démontre le leadership qu’on veut continuer d’exercer dans la société», explique M. Cormier. Les actions dans les entreprises qui tirent une part importante de leurs revenus de l’extraction ou de la production de pétrole, de gaz naturel et de charbon thermique, du transport spécialisé de pétrole et de gaz (incluant les pipelines), du raffinage de pétrole ou de la production d’énergie à partir de charbon sont désormais complètement exclues de la gamme SociéTerre de Desjardins.

En fonction des stratégies d’investissement, l’argent investi dans les énergies fossiles sera remplacé par d’autres secteurs d’activités reliés à l’économie. «Il n’y a pas un secteur d’activité qui va compenser cette proportion-là». Le pdg assure toutefois que le Mouvement Desjardins augmente ses investissements dans les infrastructures d’énergies renouvelables, poursuit M. Cormier selon qui «46 % de nos investissements dans les projets d’infrastructures sont alloués aux énergies vertes.

En ce qui concerne le taux de rendement envisagé, M. Cormier admet qu’il est difficile d’anticiper. «Avec la situation actuelle, je n’oserai pas commencer à faire des promesses sur des rendements de fonds. Mais je peux vous dire que dans les dernières années, le rendement des fonds SociéTerre a été très compétitif». Il qualifie d’ailleurs de «légende urbaine» la croyance selon laquelle les investissements énergies vertes ne sont pas profitables.

Le membership de la gamme SociéTerre représente 25 % de tous les membres qui détiennent des fonds Desjardins. Actuellement, 4,6 milliards $ y sont investis.

Désinvestissement graduel

La gamme de fonds SociéTerre se veut un investissement responsable. Elle a cependant été critiquée par le passé, puisque certains de ses fonds continuaient d’investir dans les énergies fossiles. M. Cormier explique que s’ils ont continué à investir dans de telles actions, c’est parce qu’ils pouvaient influencer les décisions des entreprises tirant leurs revenus du pétrole. «Grâce au droit de vote du Mouvement Desjardins, on a pu les inciter à davantage de transparence dans leurs rapports annuels, à se fixer des cibles de réduction des GES et à les amener à se doter d’une stratégie plus articulée pour investir dans les énergies propres. Pour nous, ça demeure aussi une stratégie», avance-t-il.

Outre la gamme SociéTerre, le Mouvement Desjardins ne prévoit pas se retirer des énergies fossiles présentes dans d’autres de ses fonds et portefeuilles. «On offre les deux options à nos membres, ça fait partie de la diversification. On est pragmatique dans notre approche. Mais chaque année, on se désinvestit graduellement des énergies fossiles et on augmente graduellement nos investissements dans les énergies renouvelables», assure M. Cormier 

Selon lui, les dimensions liées au développement durable sont au cœur de la stratégie du Mouvement Desjardins. En partenariat avec Hydro-Québec, M. Cormier souligne l’installation de 200 bornes de recharge pour véhicules électriques au Québec et en Ontario d’ici la fin de 2020. D’ici la fin de l’année, le Mouvement Desjardins compte également ne plus avoir d’investissements dans les activités liées au charbon thermique, afin d’atteindre son objectif de réduire de 25 % l’empreinte carbone dans son portefeuille. Finalement, il espère continuer à réduire ses émissions de GES de 20 % à même ses propres opérations d’ici 2024. 

+

DESJARDINS: HAUSSE DE 20% À 25% DU NOMBRE DE TRANSACTIONS NUMÉRIQUES EN MARS

Que ce soit pour les paiements de factures, les dépôts et retraits directs ou les transferts de compte, l’augmentation de l’utilisation des outils numériques s’est fait sentir chez Desjardins durant le confinement.

Le pdg du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, constate aujourd’hui que ses membres ont augmenté leur utilisation des outils en ligne dans les trois à quatre derniers mois. 

M. Cormier assure toutefois que la pandémie n’a pas modifié le «plan de match» qui demeure d’offrir différents accès aux services financiers du Mouvement Desjardins, que ce soit les services physiques comme les guichets automatiques, le site internet ou l’application mobile. 

«La proximité avec nos membres a toujours été importante. Elle s’est manifestée depuis quelques années à travers différentes formes. D’abord physique, puis graduellement numérique. On va adapter notre offre de services dans les prochaines années en fonction du type d’utilisation qui en est fait», précise-t-il. 

Pas de baisse en vue concernant l’épargne

Malgré l’instabilité financière suscitée par la COVID-19, M. Cormier n’a pas remarqué une diminution au niveau de l’épargne. «Au contraire, nos résultats à l’épargne sont même en hausse par rapport à 2019», constate-t-il.

Le pdg remarque que des membres ont vu leurs dépenses réduites en raison du confinement : «Ils ont mis de l’argent de côté et regardent maintenant pour des options d’investissements. Par ailleurs, d’autres clients veulent profiter du regain boursier».

Concernant les membres et clients se trouvant dans une situation financière plus précaire, M. Cormier assure que Desjardins a mis en place des mesures d’allégements pour les accompagner, que ce soit au niveau de l’assurance ou des produits financiers. Myriam Boulianne