Marie-Claude Boisvert, du Mouvement Desjardins

Desjardins investira 20 millions $ en soutien aux jeunes entreprises innovantes

Le Mouvement Desjardins poursuit sa présence dans l'accompagnement entrepreneurial et compte investir 20 millions $ dans le soutien aux jeunes entreprises innovantes de Québec.
En créant des «accélérateurs» dans les divers créneaux des technologies, Desjardins espère non seulement apporter du financement aux entrepreneurs en démarrage, mais également offrir une aide garante d'un succès d'affaires.
«C'est beaucoup plus que juste des dollars, c'est aussi de l'accompagnement», fait valoir Marie-Claude Boisvert, chef de l'exploitation de Desjardins Entreprises, Capital régional et coopératif. Celle-ci s'est adressée au Soleil à la veille des assemblées générales annuelles de l'institution financière, qui se tiennent aujourd'hui et demain au Centre des congrès de Québec.
L'an dernier, Desjardins-Innovatech annonçait la mise en place du fonds Émérillon, en partenariat avec Crédit Mutuel, dont l'objectif est d'aider les entreprises innovantes en croissance à développer des marchés hors Québec. Dorénavant, les entreprises en démarrage auront aussi droit à un soutien financier, et pourront même être incubées lors des deux premières années de leurs activités.
L'aide financière pourra atteindre 500 000 $ par entreprise. Le programme sera mis en place d'ici le 15 mai. «On est en train de finir de tout attacher, indique Mme Boisvert. On travaille avec un groupe de Montréal, le Campus des technologies de la santé, qui a déjà accompagné 102 entreprises depuis 2008. On prend leur modèle et on l'amène à Québec.» Le tout pourrait ensuite être adapté et transposé dans les différents pôles technologiques, dans toutes les régions du Québec.
«Notre idée est d'aller chercher de l'accompagnement pour certains secteurs spécifiques [des technologies], poursuit Mme Boisvert. On veut s'associer soit à des industriels ou à des centres de recherche pour aider nos entreprises à être mieux incubées et avoir une chance de démarrer et d'arriver à un plan d'affaires qui se tient.»
«À sens inverse»
Une fois que ces entreprises auront atteint un certain seuil de rentabilité, elles sauront qu'elles pourront continuer à investir dans l'innovation grâce au fonds Émérillon. «On est allé un peu à sens inverse, de sorte qu'on voulait s'assurer d'avoir déjà les outils en place pour assurer la pérennité des entreprises, qui fait partie de la mission de Desjardins», explique celle qui est à la tête de Capital régional et coopératif Desjardins (CRCD).
Le CRCD est d'ailleurs très heureux d'annoncer à ses membres des résultats positifs pour une cinquième année consécutive. La société a terminé l'année avec un bénéfice net de 25 millions $ et un rendement annuel de 1,7 %. La valeur de l'actif net a atteint 1,47 milliard $, et celle de l'action, 11,66 $, comparativement à 11,47 $ au 31 décembre 2012. Plus de 830 millions $ ont été investis dans la croissance 362 entreprises, coopératives et fonds en 2013.