Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins

Desjardins: 120 M$ dans les coffres du Fonds Transatlantique

Le Fonds Transatlantique, une création du Groupe Siparex et Desjardins Capital, fait le plein de billets verts. La première ronde de financement a permis de récolter 120 millions $CAN.

Au cours des derniers mois, des responsables des deux entités étaient à la recherche de partenaires d’affaires afin de renflouer les coffres du fonds annoncé en 2017.

Sa mission sera d’épauler les PME dans leurs démarches de commercialisation ou d’acquisition sur les continents européen et nord-américain.

Pour la première ronde de financement, Groupe Siparex et Desjardins Capital se sont associés avec Bpifrance et Exportation et Développement Canada (EDC). Il s’agit d’ailleurs d’un premier partenariat entre le Mouvement Desjardins et une société fédérale de la Couronne.

Du 120 millions $, 60 millions $ proviennent du Québec et les entités européennes mettent le même montant sur la table. Il a été impossible de savoir combien d’argent investit Desjardins dans l’aventure.

À terme, les gestionnaires du fonds s’étaient donné comme cible, grâce à d’autres rondes de financement, d’investir plus de 200 millions $ dans des entreprises.

«Est-ce que cela va être 300 ou 400 millions $ dans deux ans? On ne le sait pas. Cela va dépendre de l’économie et du momentum», avance Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, dont le siège social est basé à Lévis.

«On veut aider les entreprises du Québec. [...] À mes yeux, la force du partenariat n’est pas que l’injection de capitaux dans les entreprises. La force du partenariat est de donner à des entreprises québécoises un accès à un partenaire qui a une connaissance très fine du marché européen. Il a aussi un réseau de contacts très bien garni», ajoute le patron, prévoyant d’autres rondes de financement.


« La force du partenariat est de donner à des entreprises québécoises un accès à un partenaire qui a une connaissance très fine du marché européen »
Guy Cormier, président du Mouvement Desjardins

D’ailleurs, la coopérative a indiqué mercredi au Soleil être présentement en discussions avec d’autres partenaires potentiels.

Des employés

Pour répondre aux demandes et aux questions des entrepreneurs à la recherche d’un soutien financier, Siparex a récemment dépêché un de ses employés dans la grande région de Québec et Desjardins Capital fera la même chose au cours des prochains jours du côté de la France.

«Avec 120 millions $, nous avons déjà assez de munitions pour accompagner les entreprises québécoises qui veulent acquérir de nouveaux marchés», affirme Luc Ménard, chef de l’exploitation de Desjardins Capital et gestionnaire du Fonds Transatlantique.

«Normalement, nous allons essayer de déployer le capital sur une période de trois à quatre ans. Par la suite, nous allons regarder comment les entreprises vont», poursuit-il.

Selon Desjardins, le Fonds Transatlantique permettra aux entreprises de profiter davantage de l’Accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada.

Pour l’heure, une quinzaine de compagnies du Québec auraient démontré de l’intérêt. Une première annonce devrait avoir lieu au cours des prochaines semaines.

Le Groupe Siparex est une entité française spécialisée dans le financement de projets et de transfert d’entreprises. L’annonce du fonds a été officialisée mercredi à l’ambassade de France à Ottawa.