Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec (CPBBTQ) et l'Union des tenanciers de bars du Québec (UTBQ) estiment qu'une telle mesure apporterait un peu d'oxygène aux établissements.
La Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec (CPBBTQ) et l'Union des tenanciers de bars du Québec (UTBQ) estiment qu'une telle mesure apporterait un peu d'oxygène aux établissements.

Des propriétaires de bars et de restaurants veulent rouvrir aux personnes vaccinées

La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Deux regroupements d'établissements licenciés du Québec demandent au premier ministre François Legault de permettre dès maintenant la réouverture des bars et des restos-bars partout au Québec, mais en ne les rendant accessibles qu'aux personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19.

Dans une lettre transmise au premier ministre jeudi, la Corporation des propriétaires de bars, brasseries et tavernes du Québec (CPBBTQ) et l'Union des tenanciers de bars du Québec (UTBQ) écrivent qu'une telle mesure apporterait un peu d'oxygène aux établissements qui, disent-ils, en ont vitalement besoin.

Les dirigeants des deux groupes, Renaud Poulin et Peter Sergakis, ajoutent qu'une réouverture sous une telle condition encouragerait les Québécois réticents à la vaccination à reconsidérer leur décision en leur faisant miroiter, précisent-ils, un privilège important à vue d’œil.

Les signataires reconnaissent qu'une telle réouverture sera tout de même assortie de mesures sanitaires, mais ils assurent que les dirigeants des établissements s'engagent d'ores et déjà à les respecter.

Par ailleurs, Renaud Poulin et Peter Sergakis reprochent encore au gouvernement Legault d'avoir mis en place un plan d'aide constitué d'un système de prêts aux établissements frappés par les fermetures pendant la pandémie de COVID-19.

À leur avis, ce plan ne fait qu'accroître leurs difficultés financières actuelles et à venir.

Ils réclament plutôt que de réelles subventions pérennes soient mises à la disposition des entrepreneurs.