Des dollars du Fonds FTQ pour épauler Vumetric

Vumetric, une entreprise de Québec qui vient de décrocher un mandat du gouvernement québécois pour pirater — inoffensivement évidemment — les infrastructures technologiques de l’État, reçoit un coup de pouce d’un demi-million de dollars pour exporter son savoir-faire à l’étranger.

Les Fonds régionaux de solidarité FTQ Québec accordent un prêt non garanti de 500 000 $ à Vumetric pour soutenir la croissance et accroître la commercialisation de l’entreprise.

«Un coup de pouce qui va nous permettre d’accélérer notre expansion», a indiqué au Soleil Patrick Chevalier, le cofondateur et associé principal de la firme de Québec qui fait son pain et son beurre dans le mystérieux monde de la cybersécurité et des tests d’intrusion.

Les bonnes nouvelles s’accumulent pour l’entreprise fondée en 2007, mais qui a véritablement pris son envol en 2014 en proposant à ses clients la gestion complète de leurs opérations visant à se prémunir contre les cyberattaques.

«Depuis ce temps, nous avons réussi à doubler — et même plus — notre nombre de clients», a signalé M. Chevalier.

En décembre dernier, le gouvernement du Québec confiait le mandat à Vumetric d’«attaquer» préventivement les infrastructures technologiques et les applications hébergées par le Centre des services partagés du Québec. Concrètement, Vumetric va se glisser dans la peau de pirates informatiques et multiplier les tests d’intrusion afin d’accéder à de l’information hautement sensible. Une stratégie utilisée par les organisations pour protéger leurs actifs contre les menaces et les risques liés à l’utilisation des technologies de l’information. Une façon de repérer les points faibles dans les systèmes de protection.

Ce contrat rapportera un peu plus d’un million $ à l’entreprise qui fait travailler une douzaine de personnes. «Et une bonne dose de crédibilité et de notoriété dans la poursuite de notre croissance au Québec, au Canada et à l’étranger». a précisé le patron de la compagnie.

«Deux nouveaux employés vont se joindre à nous, la semaine prochaine, et nous avons toujours des postes à pourvoir», a-t-il insisté en mentionnant que l’apport de billets verts provenant des goussets des Fonds régionaux de solidarité FTQ Québec allait permettre à Vumetric de créer de nouveaux emplois.

La cybersécurité, un créneau d’avenir

Dans la liste des clients de Vumetric, il y a évidemment des administrations publiques. Il y a aussi des compagnies d’assurances et de services financiers.

«En général, nous travaillons avec des entreprises de moyenne taille. Elles proviennent du public et du privé.»

Qu’elles soient grandes, moyennes et petites, les entrprises sont de plus en plus vulnérables aux cyberattaques. Selon Vumetric, 98 % des applications Web sont vulnérables aux agressions faites par les pirates informatiques. Le nombre de cyberattaques réussies s’est accru de 144 % au cours des dernières années. Et les coûts annuels associés aux cyberattaques atteignent pas moins de 455 milliards $.

Il y a donc du pain sur la planche pour Vumetric qui possède un bureau d’affaires à Montréal.

Le potentiel de croissance de la compagnie de Québec est donc quasiment illimité.

C’est d’ailleurs ce qui a attiré l’attention des Fonds régionaux de solidarité FTQ. En effet, l’entreprise mise sur l’augmentation générale des demandes en matière de cybersécurité.

«Vumetric a fait preuve de vision en se positionnant depuis dix ans dans un créneau prometteur qui connait une très grande effervescence», a déclaré le directeur régional des Fonds régionaux de solidarité FTQ pour les régions de Québec et de la Chaudière-Appalaches, Jean Roy.

«La notoriété établie grâce aux clients d’envergure desservis ainsi que l’expertise acquise sont des éléments déterminants qui contribuent à la réussite de Vumetric. Cette entreprise innovante affiche à la fois une croissance soutenue ainsi qu’une forte rentabilité et les dirigeants de Vumetric entendent saisir toutes les opportunités qui découlent de la sensibilité accrue des entreprises pour tout ce qui concerne la sécurité informatique.»

Pour le moment, Vumetric ne songe pas à faire des acquisitions. Elle mise plutôt sur la croissance interne de ses activités.