L'AMDEQ croit que la loi actuelle est «dépassée», «irraisonnable» et «inapplicable» étant donné les nouvelles réalités du marché et des habitudes de vie des consommateurs.

Des dépanneurs veulent vendre de l'alcool jusqu'à 3h du matin

Des propriétaires de dépanneurs et d'épiceries indépendants réclament un assouplissement à la loi québécoise pour leur permettre de vendre de la bière et du vin dès 6h du matin, et ce, jusqu'à 3h la nuit suivante.
«La législation ne date pas d'hier et ne répond plus à la réalité d'aujourd'hui. Elle doit être modifiée», a indiqué hier au Soleil le président de l'Association des marchands dépanneurs et épiciers du Québec (AMDEQ), Yves Servais.
La loi actuelle permet à un détenteur de permis d'alcool dit d'épicerie de vendre de la bière, du cidre et du vin entre 8h et 23h tous les jours de la semaine dans son établissement.
Or, selon l'AMDEQ, un nombre important de magasins de grandes chaînes d'alimentation contreviendraient à la législation actuelle en ne respectant pas certaines exigences du permis, dont celles de cadenasser leurs chambres froides entre 23h et 8h et de couvrir tous leurs étalages de bières et de vins la nuit.
«À notre connaissance, un grand nombre de détaillants, sinon tous, opèrent en ce moment de façon illégale», a signalé hier M. Servais.
L'AMDEQ, qui compte près de 1000 membres, croit que la loi actuelle est «dépassée», «irraisonnable» et «inapplicable» étant donné les nouvelles réalités du marché et des habitudes de vie des consommateurs.
Le regroupement de propriétaires indépendants de dépanneurs et d'épiceries dit avoir sensibilisé à plusieurs reprises à leur cause les élus québécois.
Plusieurs rencontres ont également eu lieu à Québec avec la direction de la Régie des alcools des courses et des jeux (RACJ). «On sent une ouverture et ils connaissent notre argumentaire. On ne lâchera pas», a souligné M. Servais.
Promotions croisées
Par ailleurs, l'AMDEQ déplore que les grandes chaînes d'alimentation aient recours à des promotions très agressives sur des caisses de bière pour attirer des clients dans leurs établissements.
Comme Le Soleil le rapportait mardi, le Conseil d'éthique de l'industrie québécoise des boissons alcooliques dit avoir noté des promotions «étonnantes» dans des supermarchés présents au Québec l'an dernier.
Dans son rapport annuel, le Conseil a notamment relevé que la chaîne de supermarchés Super C (qui appartient à Metro) a offert à ses clients un rabais de 15 $ sur la facture d'épicerie à l'achat de deux caisses de 24 bouteilles de bière.
Une promotion semblable a été observée chez Provigo alors qu'avec l'achat d'une caisse de 30 canettes de bière à 27,99 $, on offrait un rabais de 7 $ sur la facture totale du panier d'épicerie.
Selon les propriétaires indépendants de dépanneurs, ces promotions croisées, légales et autorisées par la RACJ dérangent de plus en plus puisqu'elles permettent de contourner dans les faits les dispositions sur le prix minimum de la bière imposées pourtant par une législation québécoise.
Au Québec, le prix plancher pour une caisse de 24 bouteilles (ou canettes) de bière de 341 ml (teneur en alcool jusqu'à 6,2 %) varie entre 22,73 $ et 24,91 $.