Quatorze bornes automatisées ont été installées dans le nouveau terminal des arrivées internationales de l’aéroport de Québec.

Des bornes libre-service à l'aéroport pour faciliter la vie des passagers

De nouvelles bornes automatisées permettront désormais aux voyageurs arrivant à l’aéroport de Québec de remplir ou télécharger leur déclaration en plus de confirmer leur identité grâce à la reconnaissance faciale. Le temps de passage aux douanes devrait diminuer.

Quatorze bornes à la fine pointe de la technologie, physiquement semblables à celles dédiées à l’enregistrement des bagages, ont été installées dans le nouveau terminal des arrivées internationales, qui sera ouvert au public dès lundi. Elles permettront d’éliminer les vieilles fiches en papier distribuées dans les avions.

Avec ces nouvelles installations, les voyageurs peuvent remplir leur déclaration directement sur la borne à écran tactile à leur arrivée à l’aéroport. Dans une quinzaine de langues, s’il vous plaît : l’inuit, le mandarin et le polonais s’ajoutent notamment aux deux langues officielles du Canada. 

Les intéressés ont aussi le loisir de télécharger l’application de déclaration électronique FrontièreCan et de répondre aux questions pendant le voyage en avion. Ensuite, ils n’ont qu’à déposer leur téléphone intelligent, avec le code QR apparaissant à l’écran, sur le scanneur de la borne, puis à confirmer les informations transférées. 

Pour finir, les voyageurs doivent aussi scanner leur passeport, puis se faire photographier par la machine afin de confirmer leur identité. Un reçu est émis pour présentation à un agent des services frontaliers. Si tout est conforme, la voie est pavée pour la récupération des bagages. Si des vérifications supplémentaires sont jugées nécessaires, il faut passer à l’inspection secondaire. 

L’aéroport de Québec est le septième au Canada à se doter de bornes en libre-service. Ottawa, Toronto et Montréal ont déjà les leurs. 

Gaëtan Gagné, président et chef de la direction de l’aéroport de Québec, et le chef de projet Alain Bouliane ont testé les bornes vendredi.

Économie de temps

Selon l’expérience vécue ailleurs, les voyageurs prennent environ cinq minutes à remplir leur déclaration lors d’une première utilisation, rapporte Alain Bouliane, chef de projet en technologies de l’information. Une fois qu’ils connaissent la procédure, ce délai diminue généralement de moitié. 

Les douaniers aussi économisent du temps puisqu’ils n’ont pas à répéter les mêmes questions à tout le monde. «La majorité des voyageurs sont des gens honnêtes. Ça nous permet de mettre nos efforts sur les cas et les situations potentiellement problématiques», souligne Marc Banville, chef des opérations de l’Agence des services frontaliers à l’aéroport de Québec. Aucune perte d’emploi ne découlera de ce recours à la technologie.  

Les nouvelles bornes ont coûté un peu moins de 400 000 $. La facture est partagée entre les douanes et l’aéroport. «C’est très intéressant pour nous. Ça facilite l’arrivée ou le retour au pays des voyageurs et ça rend l’expérience plus agréable», dit Gaëtan Gagné, président et chef de la direction de l’aéroport international Jean-Lesage. Pour lui, c’est aussi une bonne façon de faire face à l’augmentation de l’achalandage attendue ces prochaines années.

+

BOUTIQUE HORS TAXES PLUS VASTE

La nouvelle boutique hors taxes de l’aéroport de Québec est quatre fois plus grande que la précédente. Sa superficie est passée de 100 m2 dans l’ancien terminal à 400 m2 dans le nouveau. L’entreprise irlandaise Aer Rianta International — présente à Montréal, Halifax et Winnipeg ainsi que dans une dizaine d’autres aéroports à travers le monde — a investi 1 million $ pour aménager l’espace. Y seront offerts des produits de luxe, du maquillage, des parfums, des verres fumés et des accessoires ainsi que des vins et des spiritueux, avec un accent mis sur le whisky. L’entreprise a également le souci d’offrir des produits régionaux.