Au cours des dernières semaines, des informations sur la vente du Concorde ont circulé. L'immeuble pourrait abriter des résidences de luxe pour étudiants ou des espaces à bureaux.

Des aînés au Concorde: les gens d'affaires de la Grande Allée déçus

L'entente de principe intervenue mardi pour transformer l'hôtel Loews Le Concorde en résidence pour personnes âgées ne réjouit pas les gens d'affaires de la Grande Allée.
Ce sont entre 300 et 350 nouveaux logements (un et demi à quatre et demi) pour les citoyens du troisième âge qui verront le jour dans l'établissement hôtelier, par l'entremise des Résidences Soleil. Le propriétaire Eddy Savoie a signé une entente de principe à cet effet.«Vraiment décevant», dit le proprio du Maurice
«C'est carrément ridicule! C'est clair que les gens d'affaires de la Grande Allée vont s'opposer à ça!» Le copropriétaire du Maurice, Philippe Desrosiers, n'a pas mâché ses mots lorsque Le Soleil l'a appelé lundi pour commenter l'acquisition du Concorde par l'entreprise d'Eddy Savoie.
«C'est vraiment décevant! a-t-il ajouté. Je ne peux pas croire qu'il n'y avait pas moyen de trouver une chaîne d'hôtels prête à acheter le Concorde. Les chambres du Concorde, on en a besoin pour loger les touristes l'été! À l'avenir, il va aller dormir où le touriste durant le Festival d'été? Sur le boulevard Hamel? Il manque déjà de chambres en ville pour les touristes certains soirs du Festival d'été. Ce n'est vraiment pas une bonne nouvelle. C'est une vocation hôtelière que ça prend au Concorde.»
Le copropriétaire du Dagobert pas enthousiaste
Le copropriétaire du Dagobert, Gilles Laberge, n'est pas vraiment enthousiaste à l'idée de voir une résidence pour personnes âgées apparaître à quelques pas de son bar.
«Ça se prête mal à toutes les activités qui sont sur la Grande Allée. C'est clair que ça aurait été un désastre si l'édifice était devenu inoccupé de façon permanente. Au moins, il va y avoir quelque chose dans le Concorde. Mais c'est certain que si vous me demandez aujourd'hui mon opinion, cette résidence pour personnes âgées n'est pas quelque chose qui me plaît vraiment.»
Avec la fermeture du Concorde, M. Laberge perd un bon partenaire d'affaires, car son bar y louait une soixantaine de chambres par année pour y loger des artistes qui se produisaient au Dagobert.
Le pdg du Château Laurier sceptique
Le président et directeur général du Château Laurier, Alain Girard, se demande comment il sera possible de concilier les rythmes de vie de la Grande Allée et d'une résidence pour personnes âgées.
«C'est pas la meilleure vocation, c'est bien évident», a expliqué celui qui occupe aussi le poste de vice-président d'Action promotion Grande Allée. «Il va falloir voir comment on arrive à concilier ces deux réalités, mais je me demande vraiment si c'est possible. Nous avons développé une foule d'activités pour attirer les gens sur la Grande Allée, et c'est bien clair que nous n'arrêterons pas parce qu'eux arrivent en ville.»
Il estime que les gens d'affaires de ce secteur devront avoir de bonnes discussions afin de dégager une position commune à faire valoir à la Ville de Québec. 
***
L'Association hôtelière voit la vente d'un bon oeil
La présidente de l'Association hôtelière de la région de Québec, Michelle Doré, ne voit pas d'un si mauvais oeil l'arrivée de cette résidence pour personnes âgées au coeur de la Grande Allée.
«Écoutez, ce n'est visiblement pas le p'tit vieux en marchette qui va aller habiter là! a-t-elle lancé. Ce sont des personnes qui ont de l'argent et qui devraient avoir une bonne santé. Ces gens-là vont être bien au courant qu'ils vont déménager dans un endroit qui bouge et où il y a du bruit le soir. Moi, je ne pense pas que c'est si catastrophique que ça pour la Grande Allée.»
Selon elle, le milieu syndical doit retenir un message de la disparition du Concorde. Les coûts d'exploitation des hôtels sont présentement beaucoup trop élevés, ce qui les empêche de compétitionner avec les autres hôtels ailleurs sur la planète.