Deux employés de Déménagement à prix modique à l'oeuvre à Québec, mardi
Deux employés de Déménagement à prix modique à l'oeuvre à Québec, mardi

Déménageur, un métier risqué en temps de pandémie

Les déménageurs seront au poste durant la pandémie pour aider les citoyens qui doivent changer de logis. Mais soyez francs et limitez le nombre de gens à la maison, demandent-ils à leurs clients.

C’était la panique lundi lorsque le gouvernement québécois a annoncé la fermeture de toutes les entreprises pour mardi à minuit. Plusieurs clients éplorés appelaient pour faire avancer leur déménagement. D’autres disaient qu’ils allaient se déménager eux-mêmes.

Après plusieurs interventions, notamment celle de Pierre-Olivier Cyr, propriétaire du Clan Panneton, les entreprises de déménagement ont finalement trouvé leur place sur la liste des entreprises essentielles. Au grand soulagement de plusieurs, car le carnet de contrat pour avril est bien plein, signale Chantal Paquet, propriétaire de Déménagement à prix modique, à Québec. Et pour les mois suivants aussi, évidemment.

L’entreprise servira une dizaine de clients quotidiennement. Elle priorise les déménagements les plus urgents. Certains plus petits contrats ont été reportés.

Il faut tout faire pour protéger la santé des déménageurs, insiste Mme Paquet, qui demande à ses clients de garder un seul membre de la famille sur place. «On a reviré de bord à plusieurs reprises parce qu’on arrivait chez les gens et ils voulaient garder leur groupe d’amis ou leur famille pour déménager, explique l’entrepreneure. Ils veulent aider, mais on le fait pour la protection de tous.»

Pour les déménageurs, le risque vient du fait qu’ils dépendent de la bonne foi d’étrangers.

«S’il vous plaît, soyez francs, insiste Frédéric Girard, de Déménagement de la Capitale. Si quelqu’un dans votre famille a des symptômes, vous devez nous le dire. Et ne vous inquiétez pas des frais d’annulation, il n’y en aura pas.»

Et ne mentez pas de crainte de perdre votre dépôt, ajoute Pierre-Olivier Cyr, propriétaire du Clan Panneton. «On va être accommodant, on garde les mêmes tarifs et on a vous trouver des dates», assure M. Cyr.

Déménagement à prix modique recommande à ses clients de faire leurs boîtes en avance puis de ne plus y toucher pendant 24 heures. Même chose après le déménagement. Rien ne presse pour tout déballer, font remarquer les déménageurs.

Chez Déménagement à prix modique, les déménageurs se lavent les mains le plus souvent possible.

Au Clan Panneton et chez Déménagement de la Capitale, on a choisi le port de gant jetable.

Les camions de déménagement sont désinfectés après chaque journée de travail pour plusieurs compagnies. On essaie de fournir des «chiennes» de travail aux déménageurs pour qu’ils puissent la mettre à laver en finissant le boulot.

Les employés de Chantal Paquet doivent faire des déménagements dans des résidences pour aînés. Une infirmière accueille les déménageurs pour prendre leur température avant qu’ils n’entrent dans le bâtiment.

Saison étirée

Déménagement à prix modique a fermé ses entrepôts pour limiter la contagion. «Des gens nous disaient qu’ils voulaient venir chercher des choses, mais nous cachaient que c’était parce qu’ils revenaient de voyage et qu’il leur manquait des bottes», explique Chantal Paquet.

La saison intensive du déménagement, qui se termine habituellement à la fin juillet, risque de s’étirer jusqu’en septembre en raison de la pandémie. Plusieurs prises de possession de condo ou de maison sont reportées en raison de l’arrêt de la construction. Les bureaux de notaire roulent aussi au ralenti.

Si plusieurs citoyens n’ont pas le choix de déménager à la fin de leur bail, plusieurs déménagements commerciaux sont annulés. «C’est certain qu’il y aura un impact économique pour nous aussi», glisse Frédéric Girard.