Par sa réorganisation, IOC dit espérer se doter de la «structure appropriée» pour atteindre ses objectifs

D'autres mises à pied chez IOC

La chute du marché du fer ne fait pas de cadeau à la Côte-Nord.
Après Cliffs Natural Resources, qui annonçait mardi que son groupe minier du lac Bloom se place sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers, la Compagnie minière IOC renvoie chez eux une quarantaine de travailleurs de Sept-Îles.
Ces mises à pied «temporaires d'une durée indéterminée» ne sont pas étrangères à la baisse de production des usagers qui empruntent le tracé ferroviaire de la QNS&L (exploité par IOC), dont Cliffs qui a fermé en décembre sa mine de Fermont.
La minière a également mis en branle un programme d'encouragement à la retraite pour les employés de Sept-Îles et Labrador City.
«Il faut faire face aux enjeux globaux», a mentionné la porte-parole, Claudine Gagnon. «Tout ça fait partie d'un processus pour demeurer compétitif et durable à long terme.» Le nombre de licenciements peut fluctuer selon le nombre de travailleurs qui partiront pour la retraite, a ajouté la société.