Le président de Desjardins, Guy Cormier, et le président de La Guilde des développeurs de jeux vidéo indépendants du Québec, Louis-Félix Cauchon. La coopérative a annoncé un investissement de 750 000 $ dans l’organisme.

D'autres guichets Desjardins disparaîtront

Le Mouvement Desjardins n’a pas l’intention d’amputer encore de 50 % son parc de guichets automatiques et de comptoirs de service. «Nous allons demeurer l’institution financière avec le plus de guichets automatiques au Québec et le plus de points de service. On veut garder cette proximité», parole du patron.

Mercredi, Le Soleil dévoilait que 92 guichets et 74 comptoirs de service sont disparus à travers la province et en Ontario en 2018. Il s’agit de la plus importante compression réalisée par l’organisation depuis 2013.  

Aujourd’hui, Desjardins compte 1957 guichets et 958 centres de service. Nous sommes loin des 2839 guichets disponibles en 2001. 

«Ce que je peux vous dire, c’est qu’on va continuer de se transformer. Le Mouvement Desjardins n’est pas sur une île déserte», prévient le président Guy Cormier. «Nous sommes impactés positivement par la transformation numérique. Nos membres consomment aujourd’hui différemment leurs services financiers, comme ils consomment différemment leurs médias locaux», poursuit-il.

Selon le numéro un de la coopérative, le nombre de guichets et de comptoirs devrait continuer de diminuer au cours des prochaines années. M. Cormier assure toutefois que son organisation n’a pas de plan pour réduire de façon importante son parc de guichets.

«Oui, nous avons actuellement des caisses au Québec et en Ontario qui réfléchissent à leur offre de services. Ils vont peut-être devoir s’adapter. Par contre, chaque fois, ce que je constate, c’est qu’il y a des discussions avec des élus ou des acteurs locaux pour trouver des solutions pour conserver un service», affirme-t-il. 

«Nous avons pris la décision de ne pas être que sur le numérique. Nous maintenons près de 2000 guichets automatiques ouverts et près de 1000 points de service. Essentiellement, il va peut-être avoir des ajustements à la baisse, mais nous allons rester au-dessus de 1000 guichets au Québec au cours des prochaines années», assure-t-il, et ce, malgré le déploiement de la nouvelle génération de machines. 

Desjardins mentionne que depuis cinq ans, l’utilisation de ses guichets chute en moyenne de 5 % à 10 % par année. 

Est-ce que cela signifie qu’ils sont voués à disparaitre? 

«Je pense qu’on va toujours avoir besoin de services de proximité et qu’on va toujours avoir besoin de guichets automatiques dans certains milieux pour répondre à des besoins», répond M. Cormier.

Controverse

Mercredi, Radio-Canada révélait que l’institution financière allait retirer son guichet automatique à l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec.

Lors de son entrevue, le directeur général de la Caisse Desjardins de Québec, Denis Laforest, a souligné : «La Caisse, dans sa mission, ce n’est pas écrit que la clientèle vulnérable doit être servie par la Caisse».

Des propos qui ont fait, entre autres, grincer des dents le Conseil pour la protection des malades.

M. Cormier, qui a préféré ne pas commenter les propos du directeur, a tenu à rappeler que Desjardins est l’institution financière «la plus près de tous les gens». «Nous prenons le temps de chercher les meilleures solutions pour tout le monde», avance-t-il. «Dans la région de Québec, nous avons récemment octroyé un soutien financier au Groupe TAQ. C’est justement des personnes vulnérables», conclut-il.

+

750 000 $ POUR SOUTENIR LES STUDIOS DE JEUX INDÉPENDANTS

Le Mouvement Desjardins a annoncé, mercredi, un investissement de 750 000 $ dans La Guilde des développeurs de jeux vidéo indépendants du Québec.

Cette organisation regroupe 162 studios indépendants, dont une vingtaine à Québec comme Chainsawesome Games et Sabotage Studio, générant quelque 2200 emplois directs et indirects.

L’argent provient principalement du Fonds de 100 millions $ créé par l’institution financière pour soutenir des projets porteurs à travers le Québec. La Caisse d’économie solidaire Desjardins a aussi injecté 10 000 $.

«La Guilde a été créée pour répondre à un besoin : celui des entrepreneurs indépendants en jeu vidéo de partager leur expertise et de se regrouper», note Louis-Félix Cauchon, président de La COOP La Guilde, mentionnant qu’il s’agit de la plus grosse coopérative de jeux vidéo indépendants au monde.

«L’industrie du jeu vidéo au Québec est en effervescence. Il y a un bel élan. Pour nous, c’est important de soutenir une industrie qui crée des emplois et qui place le Québec à travers le monde comme un milieu créatif et innovant», a renchéri pour sa part Guy Cormier, président du Mouvement Desjardins. 

Quant au Fonds de 100 millions $ créé en 2016, Desjardins souligne que 52 millions $ ont jusqu’à présent été investis dans «plusieurs dizaines de projets». Pour se rafraîchir la mémoire, la durée de vie du Fonds était de trois ans.

La direction de la coopérative n’écarte pas la possibilité de mettre sur pied en 2020 un nouveau fonds similaire. «C’est une réflexion que nous allons avoir en 2019», conclut M. Cormier.