CannTrust avait indiqué que son vérificateur externe indépendant n'endossait plus les états financiers de 2018, ce qui constitue une autre tuile pour ce producteur de cannabis éclaboussé par des allégations de culture illégale dans sa serre en Ontario.

Dans la tourmente, CannTrust perd l'appui de son vérificateur externe

VAUGHAN, Ont. — L'action du producteur de cannabis CannTrust a connu une séance en montagnes russes à la Bourse de Toronto, vendredi, clôturant en hausse d'environ 40 pour cent à la suite d'une importante poussée en fin de journée.

Le portrait était bien différent en début de journée, alors que le titre se trouvait en territoire négatif dans la foulée d'une annonce de la société remettant en question ses résultats financiers pour l'exercice 2018.

CannTrust avait indiqué que son vérificateur externe indépendant n'endossait plus les états financiers de 2018, ce qui constitue une autre tuile pour ce producteur de cannabis éclaboussé par des allégations de culture illégale dans sa serre en Ontario.

Sur le parquet de Bay Street, l'action du producteur a clôturé à 4,21 $, en hausse de 40,8 pour cent, ou 1,22 $. On ignorait dans l'immédiat la raison de cette progression. En fin d'après-midi, vendredi, CannTrust n'avait pas répondu aux questions envoyées par courriel.

CannTrust a fait savoir que le cabinet KPMG avait retiré son rapport du 27 mars sur les résultats financiers de 2018 et a déclaré que les résultats ne pouvaient pas être aussi fiables. Cependant, l'entreprise a annoncé poursuivre sa collaboration avec KPMG, qui demeure son vérificateur externe.

La Commission des valeurs mobilières de l'Ontario et la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont confirmé la semaine dernière qu'ils enquêtaient sur CannTrust.

Cela découle d'une enquête de Santé Canada qui a révélé que la société avait cultivé du cannabis dans plusieurs pièces dans ses installations de Pelham sans l'approbation du gouvernement et que les employés avaient fourni des informations inexactes aux autorités réglementaires.

Le cours de l'action du producteur ontarien a été ébranlé depuis que le scandale a éclaté et provoqué le congédiement du chef de la direction Peter Aceto et le départ du président de son conseil d'administration.

La société a prévenu qu'elle raterait probablement l'échéance en ce qui a trait au dépôt d'un rapport financier intermédiaire en raison de l'incertitude considérable entourant les conséquences des décisions en attente de Santé Canada.

«Nous allons continuer à collaborer avec nos vérificateurs ainsi que les autorités et prendrons toutes les mesures nécessaires pour rétablir la confiance envers la société en matière de conformité, a indiqué le chef de la direction de CannTrust, Robert Marcovitch, dans un communiqué. Nos patients, clients, actionnaires et employés ne méritent rien de moins.»

Tout dépendant des conclusions de Santé Canada, cette situation pourrait entraîner la suspension ou la résiliation des licences de cannabis de CannTrust et des amendes pouvant aller jusqu'à 1 million $. La culture illégale est également une activité criminelle en vertu de la loi sur le cannabis, pour laquelle des individus peuvent être condamnés à une peine d'emprisonnement allant jusqu'à 14 ans.

Établie à Vaughan, CannTrust a engagé un conseiller financier pour l'aider à explorer une éventuelle vente et d'autres solutions stratégiques.