Près d'une centaine de personnes ont participé au rassemblement de Québec à la place D'Youville.

Dans la rue contre Monsanto

Pas moins de 330 marches citoyennes étaient organisées samedi à travers le monde pour dénoncer l'emprise des multinationales comme Monsanto sur la production agroalimentaire. Près d'une centaine de personnes ont participé au rassemblement de Québec à la place D'Youville.
Les quatre marches de la province, organisées par les AmiEs de la Terre du Québec, visaient principalement à dénoncer la production et l'utilisation de semences génétiquement modifiées. «Les Québécois et les Québécoises demandent massivement et depuis plusieurs années l'étiquetage obligatoire des OGM [organismes génétiquement modifiés] ainsi que le virage vers une agriculture plus locale et écologique», affirme l'organisation.
Les opposants dénoncent également la mise au point du Roundup (glyphosate) par Monsanto, un herbicide capable d'éliminer toute semence non GM qui se trouverait dans un champ. Au Québec, le glyphosate faisait partie de la classe d'herbicides la plus populaire, avec 42 % des ventes en 2009 selon un document du ministère de l'Agriculture.
Les manifestations anti-Monsanto, considérée comme la championne des OGM, sont tenues depuis maintenant quatre ans sur la planète et à Québec. L'initiative vient de la Californie, en 2012. Selon les AmiEs de la Terre, Tami Canal avait alors organisé la première manifestation du genre à la suite d'une campagne référendaire sur l'étiquetage obligatoire des OGM. «Monsanto a dépensé 8 millions $ pour convaincre le public de voter contre la proposition, qui a été battue.»
Outre Québec, Sherbrooke, Montréal et Saint-Georges-de-Beauce étaient le théâtre de manifestations, samedi.
À travers le monde
La planète tout entière était mise à contribution, samedi, et des marches ont été organisées dans 46 pays.
<p>Un manifestant lors de la marche contre Monsanto à Paris. </p>
Plusieurs marches ont eu lieu à Paris et en province contre le géant américain de la biotechnologie agricole. À Paris, environ un millier de personnes - 1500 selon la police - ont commencé à défiler peu avant 16h de la place de la République, où se tient chaque soir le rassemblement du mouvement citoyen Nuit, vers la place Stalingrad (nord-est de la capitale), où la manifestation s'est achevée sans incident
«Monsanto tu n'auras pas ma peau», criaient les manifestants, qui ont défilé sous le soleil.
À Toulouse, entre 200 et 250 personnes ont également manifesté contre le géant américain. À Bordeaux, ils étaient plus d'un millier à défiler en chantant «Tout le monde déteste Monsanto» ou «Pesticides, on n'en veut pas». Quelque 800 personnes ont défilé à Lyon.
<p>Manifestation contre Monsanto au Costa Rica</p>
Des marches «citoyennes» contre Monsanto étaient aussi prévues dans une quarantaine de villes de France et selon Greenpeace, environ 1200 personnes se sont rassemblées à Morges, près de Lausanne, pour «soutenir une agriculture durable et souveraine et demander la fin du diktat des multinationales de l'agrochimie». Avec AFP