Un investissement de 60 millions $ à Laurier Québec

Cure de jeunesse de 60 M$ pour Laurier Québec

Laurier Québec se paye une cure de jeunesse de 60 millions $. D’ici août 2020, les aires communes du centre commercial seront complètement rénovées, comme le stationnement, pour «améliorer l’expérience de magasinage» des consommateurs.

«Le 60 millions $ va consister principalement à revoir la totalité des aires communes de la propriété, donc sur les trois étages, en refaisant tous les plafonds, en enlevant toutes les fioritures. On veut donner un design plus moderne à la propriété. Même la cour centrale va être revampée complètement pour qu’elle puisse transgresser le temps. Actuellement, on trouve que le temps s’est imprégné dans le design», a expliqué Jean Landry, vice-président Location centres commerciaux chez Ivanhoé Cambridge, la société propriétaire de Laurier Québec. 

«Ce sont des travaux qui vont se faire par séquences parce qu’on ne veut pas hypothéquer l’expérience client, on ne veut pas que nos détaillants en souffrent», a-t-il ajouté. Les travaux seront lancés en février pour se terminer dans environ deux ans et demi.

L’annonce fait suite à un autre investissement de 18 millions $ pour moderniser l’aire de restauration ces deux dernières années. Ivanhoé Cambridge juge déjà que l’investissement a porté ses fruits puisque les restaurateurs ont enregistré une augmentation des ventes de 14 %.

Stationnement amélioré

Le stationnement sera «rénové et amélioré» grâce à l’ajout d’un éclairage plus performant et à l’installation de capteurs pour signaler les places libres et occupées. Le système est semblable à celui mis en place à Place Ste-Foy. Au final, il comptera le même nombre de cases. 

«On est dans la foulée de ce que l’on a fait avec Place Ste-Foy, où on a réinvesti près de 110 millions $ au cours des dernières années. On a eu beaucoup de succès, on a une augmentation des ventes, on a une augmentation du trafic, on a amélioré l’expérience et le parcours client alors on compte faire exactement la même chose à Laurier», a plaidé Claude Sirois, président Centres commerciaux chez Ivanhoé Cambridge.

«Depuis 2010, nous avons investi près de 400 millions $ à Laurier Québec et à Place Ste-Foy, en tenant compte du rachat [des parts] de notre partenaire à Ste-Foy. Évidemment, nous croyons à la ville de Québec, nous croyons à sa vitalité», a souligné M. Sirois. Ces investissements démontrent aussi que l’entreprise fait encore confiance en l’attrait des centres commerciaux, même à l’ère du commerce électronique.

Claude Sirois, président Centres commerciaux et Jean Landry, vice-président Location centres commerciaux, tous deux chez Ivanhoé Cambridge

Le local de Sears scindé

Le vaste local de 150 000 pieds carrés sur deux étages qui était occupé par Sears, récemment acculé à la faillite, risque fort d’être scindé pour accueillir différents locataires. «C’est un projet qui est sur la planche à dessin. On est en train d’évaluer différents scénarios. […] Fort à parier que ça risque d’être une multitude, on va subdiviser l’espace», indique M. Landry. Des discussions sont en cours et le centre pourrait même accueillir des enseignes qui ne sont pas encore présentes au Québec ou au Canada, remarque M. Sirois. La taille imposante du local permet même d’attirer des grands joueurs qui se trouvent généralement dans les «power centers», note quant à lui M. Landry. 

Il avance aussi qu’on pourrait voir une «offre bonifiée» de restaurants avec service aux tables. D’autres idées sont aussi dans l’air. «Il y a des nouveaux phénomènes qui commencent à se développer, des centres de divertissement pour adultes ou pour enfants. Des centres de jeux. Comme des arcades, mais des arcades familiales ou pour adultes.»

Laurier Québec enregistre quelque 11 millions de visites par année. Ivanhoé Cambridge est le bras immobilier de la Caisse de dépôt et placement.

***

PASSERELLES D'ICI 2020

Ivanhoé Cambridge souhaite que les passerelles promises pour relier les trois centres commerciaux (Place Ste-Foy, Place de la Cité et Laurier Québec) soient construites pour la fin des travaux de rénovation, en 2020.  «Le projet avance bien. On est évidemment en discussions intenses avec les autorités. […].  On est très, très enthousiaste à l’arrivée des liens commerciaux parce que ça va permettre d’améliorer l’expérience client dans l’ensemble des propriétés», explique Claude Sirois, d’Ivanhoé Cambridge. Les acteurs en sont à peaufiner le volet technique. «C’est un défi technique, on abaisse une rue, on ferme une rue, il y a une dynamique d’exécution qui est très, très importante. Alors c’est ce qu’on est en train de faire actuellement»,
détaille-t-il.

***

RÉINVESTIR PLUTÔT QU'ACQUÉRIR

Dans leurs présentations, les deux gestionnaires ont parlé d’un axe commercial, ou d’un pôle, faisant référence à Place Ste-Foy, Place de la Cité et Laurier Québec. «Les trois centres commerciaux ont leur personnalité distincte, mais les trois, ensemble, ont un pouvoir d’attraction qui déborde largement de [la ville de] Québec. Et c’est sur ça qu’on se doit de continuer de bâtir», note M. Sirois. Cominar, le propriétaire de Place de La Cité, a annoncé vouloir se départir de certains actifs, sans toutefois préciser lesquels. Le centre commercial pourrait-il être acquis par Ivanhoé Cambridge? Il n’y a aucune discussion avec Cominar en ce sens, pour cette propriété ou une autre, confirme M. Sirois. «On se concentre beaucoup à réinvestir dans notre portefeuille existant. Si évidemment une opportunité se présente qui est d’intérêt et qui est aligné avec notre plan stratégique, on risque, peut-être, de la considérer.»