Blocage des voies ferrées à Saint-Lambert.
Blocage des voies ferrées à Saint-Lambert.

Crise du rail: mesures réclamées par la Fédération des chambres de commerce

MONTRÉAL — La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) affirme que la récente crise du rail a eu de grandes conséquences économiques et que des mesures concrètes sont importantes pour rétablir rapidement un climat d’affaires favorable aux investissements au Québec.

Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ, signale que les grands perdants de cette crise ont été les entreprises qui utilisent le transport ferroviaire pour déplacer leurs marchandises ainsi que les opérateurs.

Cependant, il déplore que la crise ait maintenant des effets sur des projets économiques aussi importants que ceux de la conduite souterraine Gazoduq et de la liquéfaction de gaz naturel d’Énergie Saguenay. Il estime que ces projets s’inscrivent dans une logique de transition énergétique et de diminution des gaz à effet de serre (GES) et génèrent des retombées économiques importantes pour les communautés régionales.

À son avis, le Québec et le Canada font face à une crise d’image qui s’est déplacée à l’international. Les gouvernements du Québec et du Canada devraient donc, selon lui, réparer les dommages en soutenant les entreprises qui ont subi les impacts des blocages ferroviaires.

Sandra Rossignol, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay-Le Fjord, ajoute que le retrait confirmé d’un investisseur majeur dans le dossier GNL Québec touche négativement le Saguenay et l’ensemble du Canada.

Pour sa part, le président de la Chambre de commerce Baie-des-Chaleurs, Luc Leblanc, rappelle qu’au cours des dernières années, des rapprochements significatifs ont eu lieu entre la population de la Gaspésie et les Micmacs qui ont bloqué jusqu’à jeudi une voie ferrée à Listuguj. Il craint cependant que les blocus aient un potentiel de laisser des cicatrices pour plusieurs années dans les communautés concernées.