Cofondateur et vice-président de Creaform, Martin Lamontagne montre l’un des appareils fabriqués par l’entreprise de Lévis qui inaugurait, mercredi, ses nouvelles installations à l’Innoparc.

Creaform: les moyens de ses ambitions

Une fois la visite du nouveau siège social et centre manufacturier de Creaform à Lévis terminée, un invité lance à un autre : «Je pense que je vais venir porter mon CV demain matin!»

Visiblement, il avait été soufflé parce qu’il avait vu au cours de sa visite, mercredi, de ce bâtiment moderne et écologique de près de 77 000 pieds carrés construit au coût de 20 millions $ — incluant 5 millions $ pour la modernisation des équipements et des technologies de production — pour loger les 311 employés de l’entreprise spécialisée dans la conception, la production et la commercialisation d’appareils d’inspection 3D portables utilisés dans le monde de la fabrication industrielle pour détecter les plus petites anomalies dans les pièces les plus complexes fabriquées en usine. 

Chose certaine, ce n’est pas Martin Lamontagne, le cofondateur et vice-président de Creaform, qui refusera une candidature.

Des postes, l’entreprise en a une trentaine à pourvoir, principalement du côté de ses activités de production, d’ingénierie et de R et D. 

D’ici 2020, Creaform entend créer 150 nouveaux postes à Lévis et à l’étranger où elle fait travailler 216 personnes. En effet, la compagnie exploite un centre d’innovation en France et possède des antennes dans une dizaine de pays en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. Des scanneurs 3D, Creaform en expédie dans 75 pays. 

Si l’entreprise que Martin Lamontagne a mis au monde en 2002 avec Charles Mony et Gilles Bernigaud a décidé de s’installer à l’Innoparc dans des locaux deux fois plus grands que ceux qu’elle occupait dans le Vieux-Lévis, c’est en raison de la croissance fulgurante qu’elle connaît depuis plusieurs années.

Son chiffre d’affaires est de 130 millions $. Une poussée de 15 % par rapport à l’an dernier. En une décennie, Creaform a décuplé ses ventes. 

Et l’ascension n’est pas terminée. Creaform entend doubler ses ventes et tripler sa capacité de production au cours des cinq prochaines années.  

«Il y des parts de marché à aller chercher dans des secteurs à forte croissance, comme ceux de l’automobile et de l’aérospatial», signale M. Lamontagne en précisant que l’entreprise pourrait éventuellement construire un autre immeuble de même superficie tout juste à côté du nouveau siège social qui peut abriter 400 personnes si la croissance se poursuit au cours des prochaines années. 

Rappelons que Creaform fait partie de la famille d’Ametek depuis 2013. La société américaine spécialisée dans la fabrication d’instruments électroniques et d’appareils électromécaniques — dont le chiffre d’affaires est d’environ 4 milliards $US — avait alors déplié 120 millions $US pour mettre le grappin sur Creaform.

+

LES EMPLOYÉS D'ABORD

Vice-présidente des opérations de Creaform, Fanny Truchon a expliqué que l’entreprise tenait à fournir un environnement de travail de qualité à son personnel. Un milieu de travail qui favorise leur bien-être, la créativité et la rétention des talents.  

«Nous voulons que les employés se sentent chez eux dans un environnement respirant la nature. Nous leur offrons des espaces pour la tenue d’activités sociales, une salle d’entraînement, un café-bistrot, une terrasse extérieure et un accès à un boisé et à une piste cyclable.»

Le projet d’expansion de Creaform a bénéficié d’une «aide financière à la relocalisation» de 100 000 $ de la Ville de Lévis.

Présent à l’inauguration du siège social, le maire Gilles Lehouillier n’a pas manqué de vanter l’attention portée par Creaform à ses ressources humaines. «Dans toute ma carrière, je n’ai jamais vu une entreprise en faire autant pour son monde.»