Coups de pouces régionaux de Desjardins

Guy Cormier a profité de son passage dans la Capitale-Nationale, devant la Chambre de commerce et d’industrie de Québec, pour annoncer les heureux élus de la région qui pourront profiter cette année d’un coup de pouce du Mouvement Desjardins, puisé dans un fonds spécial de 100 M$ créé en 2016. La Caisse d’économie solidaire a aussi contribué à quatre de ces investissements, pour 45 000 $.

Le plus important bénéficiaire sera le projet de réfection du quai de Sainte-Anne-de-Beaupré (500 000 $), dont la revitalisation devrait permettre de «revitaliser le noyau urbain» et mettre en valeur la célèbre basilique de la municipalité. 

Du côté culturel, Les Gros Becs et la Maison pour la danse se partagent une bonne part du lion. Le premier obtient 360 000 $, un montant qui servira au réaménagement de La Caserne, l’ancien repaire d’Ex Machina, qui deviendra le nouveau lieu de diffusion du théâtre jeune public. La Maison pour la danse, elle, reçoit 260 000 $ pour mener à bien sa mission de soutien à la pratique artistique professionnelle de la danse.

Deux projets sportifs sont aussi appuyés, soit la construction d’un complexe sportif pour le Séminaire Saint-François (400 000 $), et l’aménagement d’une surface multisports couverte à Saint-Pierre-de-l’Île-d’Orléans (50 000 $).

La Station, un espace de co-travail durement touché par l’entrée fracassante d’une voiture dans ses espaces de travail en mai, se voit octroyer 130 000 $ pour continuer à mieux desservir sa clientèle. L’école Madeleine-Bergeron, qui accueille des élèves de 4 à 21 ans présentant une déficience motrice ou organique grave, pourra quant à elle profiter de 25 000 $ pour aménager la cour du nouvel établissement de Cap-Rouge où elle a déménagé.

La coopérative La Nef, située dans l’ancienne église Notre-Dame-de-Jacques-Cartier, dans Saint-Roch, pourra réaménager ses espaces locatifs et améliorer ses installations grâce à un montant de 335 000 $. La Bouée, entreprise d’immobilier communautaire, obtiendra 50 000 $ pour aider à son démarrage. Finalement, le Club optimiste de l’Université Laval utilisera ses 15 000 $ pour un programme d’aide destiné aux jeunes vivant en centre d’hébergement sous l’égide de la Protection de la jeunesse.