Les diplômés canadiens notent leur manque de planification budgétaire, l'accumulation de dettes et doivent retarder des projets. 

Coup d'oeil économique sur la dette étudiante

Les dettes d'études constituent une grande source de préoccupations. Les diplômés canadiens notent leur manque de planification budgétaire, l'accumulation de dettes et doivent retarder des projets. C'est ce qu'indique un sondage de la firme IPSOS pour le compte de BDO Canada.
50 % des diplômés disent que les étudiants devraient être prêts à faire des sacrifices financiers pendant leurs études.
39 % des diplômés suggèrent que les diplômés du secondaire devraient avoir une année ou deux après avoir reçu leur diplôme pour travailler et économiser pour leurs études postsecondaires.
16 578 $ dette moyenne des étudiants québécois au moment de l'obtention du diplôme.
53 % des diplômés disent qu'ils ont réduit leurs dépenses dans l'achat de vêtements, l'abonnement à un gym ou les sorties au restaurant.
46 % des diplômés endettés ont retardé l'achat d'une maison.
30 % des diplômés regrettent de ne pas avoir vécu de façon plus modeste et de ne pas avoir tenu un budget pendant qu'ils étaient aux études.