Jacques Daoust

Couillard irrité par la façon de fermer l'ancienne usine de Cascades

Le premier ministre Philippe Couillard est irrité par la façon employée pour fermer définitivement l'ancienne cartonnerie de Cascades, à Jonquière.
S'abstenant de nourrir l'espoir d'une intervention gouvernementale pour rescaper l'usine, M. Couillard s'est dit «surpris et déçu» de la décision prise par le propriétaire Graphic Packaging.
«L'entreprise ne nous a absolument pas contactés pour nous indiquer des difficultés ou des besoins spécifiques, a commenté le chef du gouvernement.
«Je déplore l'attitude de la compagnie qui a agi de façon soudaine, unilatérale, sans nous en parler. Ce n'est pas le genre de comportement que nous souhaitons obtenir de nos partenaires d'affaires au Québec.»
Philippe Couillard a signalé que Jacques Daoust (ministre de l'Économie et parrain d'Investissement Québec) est maintenant en contact avec les dirigeants de la firme.
«C'est certain que nous ferons tout ce qui est possible pour les faire revenir sur leur décision. Mais si elle est basée sur des considérations autres [que celles que soulèvera son ministre], ce sera difficile de faire plus. Mais nous ferons au moins tous les efforts requis.»
Graphic Packaging a pris par surprise ses employés en décrétant l'arrêt des activités de ses installations au Saguenay. Cent quarante-deux personnes se retrouvent au chômage. La firme avait acquis l'usine du groupe québécois Cascades, en décembre.
Au plan national, Philippe Couillard a refusé de se montrer alarmiste par rapport à la perte de plus de 30 000 emplois qu'a connue le Québec, en juin. «Il faut se méfier d'un rapport sur un mois», a-t-il répondu en admettant que les statistiques du mois passé l'ont «franchement surpris, d'autant que les revenus du gouvernement se maintiennent».
Les politiques économiques - l'équilibre budgétaire, le contrôle de la dette, le Plan Nord et la Stratégie maritime, l'aide aux PME et la réforme fiscale, a-t-il énuméré - sont inchangées, a insisté M. Couillard. «C'est certain qu'on travaille sur d'autres projets. [...] Attendons de voir les prochains mois.»