L'an dernier, Couche-Tard avait acheté 278 stations de la Pétrolière Impériale au Québec ainsi qu'en Ontario pour 1,7 milliard $.

Couche-Tard profite de l'ajout des stations-service Esso au Canada

Alimentation Couche-Tard a terminé son année financière avec un solide quatrième trimestre au cours duquel ses activités canadiennes ont pleinement profité de l'ajout de centaines de stations-service Esso à son réseau.
Le détaillant lavallois a affiché mercredi une croissance de 81 % de ses ventes au pays, à 1,36 milliard $US, alors que ses profits ont bondi de 54 %.
L'an dernier, l'exploitant de dépanneurs et de stations-service avait acheté 278 stations de la Pétrolière Impériale au Québec ainsi qu'en Ontario pour 1,7 milliard $. La clôture de la transaction a eu lieu en octobre, mais ce n'est qu'au quatrième trimestre que l'apport de ces points de vente a été observé.
Pour le trimestre terminé le 24 avril, le Canada a généré 14 % des ventes totales de Couche-Tard, comparativement à 10 % il y a un an.
Après avoir annoncé l'acquisition de CST Brands en août dernier, Couche-Tard a ajouté près de 1300 magasins des deux côtés de la frontière après avoir accepté d'en vendre environ 420.
Puis, cette semaine, la multinationale a mis la main sur les 522 magasins exploités par la chaîne de dépanneurs et de stations-service Holiday dans le Haut-Midwest américain pour un prix qui, selon les analystes, varie entre 1,5 milliard $US et 2 milliards $US.
Au quatrième trimestre - qui comptait une semaine supplémentaire -, Couche-Tard a affiché un bénéfice net de 277,6 millions $US, ou 49 ¢US par action, en progression de 36,1 %.
«Nous avons continué d'obtenir de solides résultats en Europe tandis que nous avons observé une faiblesse générale dans le secteur nord-américain du commerce de détail», a souligné son président et chef de la direction, Brian Hannasch.
Les revenus de Couche-Tard ont été de 9,6 milliards $US, par rapport à 7,4 milliards $US au cours du quatrième trimestre de l'exercice précédent.
Abstraction faite des éléments non récurrents, Couche-Tard (TSX : ATD.B) a engrangé un bénéfice ajusté de 52 ¢US par action, en hausse de 36,8 %.
Cette performance trimestrielle a surpassé les attentes des analystes sondés par Thomson Reuters, qui tablaient sur un profit ajusté par action de 46 ¢US et sur des recettes de 9,4 milliards $US.
Toutefois, si les ventes des établissements ouverts depuis au moins un an - un indicateur clé dans le secteur du commerce de détail - ont progressé aux États-Unis ainsi qu'en Europe, elles ont fléchi de 0,9 % au Canada.
Pour l'exercice, Couche-Tard a généré des profits nets de 1,21 milliard $US sur des revenus de 37,9 milliards $US, par rapport à un bénéfice de 1,19 milliard $US et des revenus de 34,1 milliards $US en 2016.
À la Bourse de Toronto, l'action de l'entreprise a clôturé à 62,40 $, en progression de 2,25 $, ou 3,74 %.