Couche-Tard intéressée à vendre du pot

Du pot dans votre dépanneur Couche-Tard? L'entreprise est intéressée à vendre du cannabis dans ses magasins et a engagé une lobbyiste pour s'assurer d'une place dans le modèle de distribution qui sera retenu pour le Québec.
Une inscription récente au registre des lobbyistes du Québec au nom de la firme TACT Intelligence-conseil indique que les services de Marie-Ève Bédard ont été retenus pour une période d'un an, soit du 15 mai 2017 au 15 mai 2018. Sa rétribution sera de moins de 10 000 $, selon ce qui est déclaré au registre.
Elle est l'ancienne directrice de cabinet d'Yves Bolduc, alors qu'il était ministre de la Santé et des Services sociaux.
Les démarches effectuées s'inscrivent dans le contexte du dépôt du projet de loi fédéral C-45 - Loi concernant le cannabis et modifiant notamment la Loi réglementant certaines drogues et autres substances et le Code criminel - est-il indiqué au registre.
Le projet de loi visant la légalisation du cannabis récréatif n'est toutefois pas encore adopté. Il est prévu qu'il soit légal en 2018, dans un cadre précis, et seulement pour les 18 ans et plus, selon les balises proposées par le gouvernement fédéral.
Dans ce contexte, les démarches de Couche-Tard (TSX:ATD.B) visent à faire part au gouvernement du Québec de sa «volonté» à faire partie du modèle de vente de cannabis qui sera privilégié pour la province et qui est actuellement à l'étude par le gouvernement, peut-on lire dans l'inscription.
Un comité ministériel au Québec se penche actuellement sur le sujet pour préparer l'entrée en vigueur de la loi fédérale. Il n'a pas encore fait savoir quel modèle il choisira pour la vente de la marijuana.
Couche-Tard dit avoir offert sa collaboration au gouvernement du Québec dans la réflexion qu'il mène actuellement.
Il souhaite obtenir «une orientation favorable» dans le choix d'un modèle de vente qui l'inclurait pour la distribution, précise l'inscription.
«Nous sommes convaincus être un partenaire idéal pour la mise en oeuvre d'un modèle de vente responsable pour les citoyens», a écrit dans un courriel Marie-Noëlle Cano, directrice principale, Communications globales pour l'entreprise.
«Alimentation Couche-Tard possède une expérience de longue date dans la vente de tabac et d'alcool, des produits interdits aux mineurs et soulevant des questions de santé publique», fait valoir Mme Cano.
Alimentation Couche-Tard exploite un réseau de plus de 2000 magasins au Canada, et ce, des Maritimes à l'ouest du Canada. Au Québec, bon nombre de ces dépanneurs sont ouverts 24 heures sur 24.
L'entreprise n'a pas voulu accorder d'entrevue, mardi, indiquant dans le courriel qu'elle ne souhaite «pas donner davantage de précisions quant aux communications avec le gouvernement à cet égard».
Ainsi, il n'a pas été possible de savoir pour le moment si l'entreprise a entrepris pareilles démarches dans les autres provinces canadiennes où elle possède aussi des magasins.
En juillet 2016, le grand patron du Groupe Jean Coutu, François Coutu, s'était dit ouvert à la vente de marijuana thérapeutique, mais affirmait à ce moment qu'il n'irait pas jusqu'à faire du lobbying auprès du gouvernement fédéral dans ce but.