Si la plupart des provinces, dont le Québec, ont décidé de s’impliquer dans la vente de la marijuana, l’Alberta, la Colombie-Britannique ainsi que le Manitoba ont exprimé la volonté de s’associer avec le secteur privé.

Couche-Tard espère toujours vendre du cannabis au Canada

MONTRÉAL — Alimentation Couche-Tard (TSX : ATD.B) entretient toujours l’espoir de vendre du cannabis alors que certaines provinces, comme l’Alberta, ont décidé d’ouvrir la porte au secteur privé.

Son président et chef de la direction, Brian Hannasch, a dit mardi que l’exploitant de dépanneurs et de stations-service avait fait ses preuves en matière de produits, comme la bière et les cigarettes, dont la vente est interdite aux mineurs.

« Nous voulons profiter de l’occasion avec une des provinces afin de prouver que nous pouvons être un bon partenaire », a-t-il expliqué au cours d’une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du deuxième trimestre.

Interrogé par les analystes, M. Hannasch a ajouté qu’il était prêt à envisager d’autres concepts de points de vente afin de répondre aux exigences des autorités provinciales.

Si la plupart des provinces, dont le Québec, ont décidé de s’impliquer dans la vente de la marijuana, l’Alberta, la Colombie-Britannique ainsi que le Manitoba ont exprimé la volonté de s’associer avec le secteur privé.

Par exemple, l’Alberta compte administrer la vente en ligne de ce produit, alors que des entreprises privées pourront exploiter des établissements destinés uniquement à la vente de produits liés au cannabis.

À l’inverse, au Québec, la marijuana sera vendue par une nouvelle filiale spécialisée de la Société des alcools du Québec (SAQ). On devrait compter une quinzaine de succursales le 1er juillet 2018, lorsque l’usage récréatif du produit sera légalisé.

En septembre, au terme de l’assemblée annuelle de Couche-Tard, son cofondateur et président exécutif du conseil, Alain Bouchard, avait estimé que les gouvernements provinciaux ne devraient pas s’immiscer dans le commerce du cannabis.

Au cours d’un entretien avec La Presse canadienne, il avait qualifié de « retour en arrière » la décision de se tourner « vers des sociétés d’État pour vendre un produit que l’on a décidé de légaliser ».

Résultats en hausse

Quant à sa performance au deuxième trimestre, Alimentation Couche-Tard a livré des résultats records, alors que l’acquisition de CST Brands a plus que contrebalancé l’incidence négative des ouragans ayant déferlé dans le sud des États-Unis.

La multinationale a engrangé un bénéfice net de 435,3 millions $ US, ou 76 cents US par action, en progression de 35 % par rapport à la même période lors de l’exercice précédent.

« À un certain moment, plus de 1300 magasins étaient fermés, dont tous nos établissements situés en Floride », a souligné le dirigeant de Couche-Tard.

Le passage des ouragans Harvey et Irma, qui ont ravagé certaines parties du Texas et de la Floride, a coûté 4,8 millions $ US à l’entreprise.

Abstraction faite des éléments non récurrents, le profit ajusté de Couche-Tard s’est établi à 458 millions $ US, ou 80 cents US par action, pour le trimestre terminé le 15 octobre, ce qui constitue une hausse d’environ 40 %.

Cette performance trimestrielle a dépassé les attentes des analystes, qui tablaient sur un bénéfice ajusté par action de 71 cents US, selon Derek Dley, de Canaccord Genuity.

« C’est impressionnant étant donné que les fermetures d’établissements liées aux ouragans Harvey et Irma ont pesé sur les activités de la compagnie au cours du trimestre », a noté l’analyste, dans une note envoyée par courriel.

De leur côté, les revenus ont progressé de 44 %, passant de 8,44 milliards $ US à 12,1 milliards $ US.

M. Hannash a expliqué que des problèmes de distribution au Québec découlant de l’intégration des stations-service Esso et Ultramar avaient eu un impact négatif d’environ un % sur les ventes.

« Nous avons sous-estimé l’ajout de ces deux réseaux sur les activités de notre centre de distribution québécois, ce s’est traduit par d’importants problèmes d’approvisionnement, a-t-il expliqué. Cette situation a été réglée. »

En excluant le réseau des 1300 magasins de CST Brands, les ventes des magasins ouverts depuis un an — un indicateur clé dans le secteur du commerce de détail — ont grimpé de 0,7 % aux États-Unis et de 1,6 % en Europe. Elles ont toutefois glissé de 1,6 % au Canada.

À la Bourse de Toronto, l’action de Couche-Tard a temporairement touché un sommet annuel au cours de la séance pour finalement clôturer à 64,75 $, en hausse de 49 cents, ou 0,76 %.