En France, plusieurs grands distributeurs ont affirmé lundi à l’AFP que des magasins avaient été «dévalisés», avec des rayons vidés de leurs produits, comme ici à Villeneuve-la-Garenne, au nord de Paris.

Coronavirus: ruée mondiale sur les supermarchés

PARIS — Les rayons des produits de première nécessité, tels que pâtes ou papier hygiénique, sont pris d’assaut depuis quelques jours dans les supermarchés des pays touchés par le nouveau coronavirus, mais sans qu’il ne soit question de pénurie jusqu’ici.

Lundi, l’épidémie de COVID-19, apparue en Chine fin 2019, a dépassé le bilan de 3000 morts dans le monde et continue d’avoir de sérieuses conséquences partout à travers la planète.

Pour faire face, plusieurs gouvernements ont mis en place des mesures de quarantaine ou de confinement, conduisant certains de leurs concitoyens à se précipiter dans les supermarchés afin de faire des stocks.

À Hong Kong, les rayons ont été dépouillés de produits tels que désinfectants pour les mains, papier hygiénique, riz et pâtes, des rumeurs de pénurie s’étant répandues dans la ville en février, tandis que les masques chirurgicaux étaient presque introuvables.

Une situation qui a viré au fait divers : des voleurs armés de couteaux ont ainsi agressé un chauffeur-livreur pour lui voler des centaines de rouleaux de papier toilette, avant d’être arrêtés.

Sus au papier toilette

Au Japon, c’est également le papier hygiénique qui fait l’objet de toutes les convoitises, malgré le fait que le premier ministre Shinzo Abe, le week-end dernier, ait tenté de dissiper les craintes en déclarant que tous les rouleaux de papier toilette étaient fabriqués au Japon et non en Chine.

Certains magasins limitent désormais les achats : «un paquet par personne s’il vous plaît», pouvait-­on lire dans un magasin lundi.

En Italie, pays le plus touché en Europe, un afflux de gens dans les supermarchés a été constaté, notamment en Lombardie, après l’annonce de la mise en quarantaine de 11 villes du Nord. «Il y avait une peur, injustifiée, d’une pénurie à venir, mais la situation est revenue à la normale depuis», a déclaré à l’AFP un porte-parole du groupe de supermarchés Esselunga.

Aux États-Unis, certains supermarchés étaient également pris d’assaut. Des photographies prises dans un magasin de Los Angeles montraient dimanche de longues files d’attente aux caisses, et des caddies chargés de rouleaux de papier toilette et de bouteilles d’eau en particulier.

Lundi à la Bourse de New York, le spécialiste de la vente en gros Costco s’envolait de 9,47 %, tandis que les supermarchés Target et Walmart prenaient respectivement 4,12 % et 6,80 %.

En France, nouveau foyer aigu de la contamination, plusieurs grands distributeurs ont affirmé lundi à l’AFP que des magasins avaient été «dévalisés», avec des rayons vidés de leurs produits : pâtes, riz, couches pour bébés, etc.

Le phénomène a été constaté «partout en France, et pas que dans les zones où ont été signalés des cas de personnes infectées», selon un porte-parole de l’enseigne Auchan, qui précise que le risque de pénurie est à exclure : «nous avons anticipé nos stocks, les clients n’ont rien à craindre».

Désinfectant pour les mains

En Allemagne, «la situation dans l’approvisionnement [des magasins] est normale à l’échelle nationale», il n’y a «aucune restriction» bien qu’ait été constatée «une demande plus élevée de boissons et de produits non périssables dans certains commerces alimentaires», selon un porte-parole de la fédération du commerce HDE, contacté par l’AFP.

Chez REWE, chaîne de supermarchés, on a également constaté une «demande accrue à l’échelle nationale pour des aliments, conserves et produits pharmaceutiques», mais «pas de goulots d’étranglement» dans les livraisons.

Au Royaume-Uni, «la perturbation des chaînes d’approvisionnement a été limitée et la disponibilité des produits reste bonne», a assuré Andrew Opie, de la Fédération britannique du commerce de détail (BRC).

Selon lui, «les ventes de désinfectants pour les mains ont augmenté, les particuliers et les entreprises prenant des précautions raisonnables pour réduire la propagation du coronavirus».