Guy Cormier, président du Mouvement Desjardins

Cormier défend le retrait des guichets automatiques

«Oui, Desjardins évolue. Oui, Desjardins transforme la façon dont il livre ses services. Mais Desjardins n’abandonne personne. Il n’abandonne aucune communauté.» Guy Cormier, président du Mouvement Desjardins, a défendu samedi le retrait de plusieurs guichets automatiques en région, sans toutefois nier ses conséquences.

M. Cormier a abordé la question «qui a fait couler beaucoup d’encre au cours des derniers mois» lors d’une allocution prononcée dans le cadre des assemblées générales annuelles de la coopérative, qui s’ouvraient samedi au Centre des congrès de Québec.

Tel que le rapportait Le Soleil il y a quelques semaines, près de 20% des guichets automatiques et points de services de Desjardins ont été retirés depuis 2012. Et la grogne est bien réelle dans plusieurs municipalités du Québec, principalement en régions. «Je suis bien conscient que la période de transition que nous traversons mécontente certaines personnes et communautés», a dit M. Cormier à ce sujet.

Mais il a aussi défendu la transition amorcée. «Nous avons un réseau physique qui a été mis sur pied à une époque où les ordinateurs personnels ne faisaient pas encore partie de nos vies», a-t-il mentionné d’emblée, vantant ensuite le virage technologique. «Nous développons à vive allure une panoplie de services et d’applications numériques pour lesquels nos membres et clients ont une très grande soif.»

M. Cormier a expliqué, samedi, que les services traditionnels étaient délaissés par les membres. Selon des chiffres obtenus par Le Soleil le mois dernier, les transactions au comptoir et aux guichets ont en effet diminué de respectivement 33 % et 30 % ces cinq dernières années chez Desjardins. 

«Pour prendre leurs décisions, vos dirigeants [locaux] se basent entre autres sur l’utilisation des services, sur la façon dont les membres expriment leur attachement vis-à-vis chaque service. Car ne l’oublions pas, utiliser ou ne pas utiliser un service, l’utiliser de plus en plus ou le délaisser progressivement, c’est s’exprimer très concrètement sur son utilité», a soutenu M. Cormier dans son allocution.

Le grand patron de Desjardins a assuré être en mode solutions avec les municipalités touchées afin de trouver «des accommodements». «Il faut bien sûr qu’il y ait de la bonne foi des deux côtés.»