La décision de l'AMF vient pratiquement anéantir les espoirs de Verreault d'obtenir le contrat de construction du nouveau pavillon du Musée national des beaux-arts du Québec.

Contrats publics: Dessau et Verreault suspendues par l'AMF

La firme de génie Dessau et une entreprise associée, Verreault, devront se passer des contrats publics pour un minimum d'un an, voire jusqu'en 2018, en vertu d'une décision défavorable de l'Autorité des marchés financiers (AMF). Verreault avait notamment été choisie comme plus bas soumissionnaire pour la construction du nouveau pavillon du Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ).
L'AMF a inscrit Dessau et Verreault au Registre des entreprises non admissibles aux contrats publics (RENA), jeudi, a confirmé Sylvain Théberge, porte-parole à l'AMF. Une fois inscrite au registre, «une entreprise ne pourra se voir accorder un contrat public ou sous-contrat public ou poursuivre un tel contrat en cours d'exécution», peut-on lire sur le site Internet du RENA.
Dessau et Verreault souhaitaient faire partie de «la liste verte» des entreprises autorisées à faire affaire avec le gouvernement, ce qui permet de soumissionner pour des contrats de plus de 40 millions $. Elles ont tout simplement échoué le processus, a expliqué M. Théberge.
L'Unité permanente anticorruption (UPAC) avait émis un avis négatif à l'égard des deux entreprises. Après ses propres vérifications, l'AMF y est allée de la même recommandation.
Rosaire Sauriol, ex-cadre chez Dessau, a allégué en mars devant la commission Charbonneau des activités de collusion au sein de l'entreprise. Il a démissionné dans les jours qui ont suivi.
Cette suspension est en vigueur jusqu'au 19 juin 2018, soit une durée maximale de cinq ans. Il est toutefois permis aux entreprises de présenter un nouveau dossier à l'AMF après les 12 premiers mois, précise M. Théberge. «Il faudra alors analyser les nouveaux éléments fournis», a-t-il ajouté. L'UPAC prendrait elle aussi connaissance de ces nouvelles informations.
Contrat du musée
Cette décision de l'AMF vient pratiquement anéantir les espoirs de Verreault d'obtenir le contrat de construction du nouveau pavillon du MNBAQ. L'entreprise avait été choisie en mars comme plus bas soumissionnaire pour obtenir le contrat du volet de construction, à 59,6 millions $.
Le MNBAQ, qui avait déjà la permission du gouvernement pour donner des contrats, attendait le feu vert de l'AMF pour finaliser l'entente avec Verreault. Il n'est jamais venu.
Au ministère de la Culture, on ne cache pas que cette décision a eu un impact. «Nous devions faire une annonce [d'investissements] il y a quelques semaines», a fait savoir Marc-André De Blois, attaché de presse du ministre Maka Kotto.
Personne au MNBAQ n'a renvoyé les appels du Soleil, jeudi. L'administration devrait se prononcer aujourd'hui, selon des informations obtenues au ministère de la Culture.
Rappelons que deux autres firmes avaient soumissionné pour l'agrandissement du Musée, soit EBC et Pomerleau. Les montants proposés étaient similaires à ceux présentés par Verreault.
Le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard, doit aussi commenter la décision de l'AMF aujourd'hui. 
Avec La Presse et La Presse Canadienne