L'organisateur du congrès est le réputé chercheur Sylvain Moineau, qui est professeur titulaire au département de biochimie, de microbiologie et de bio-informatique de l’Université Laval.

Congrès majeur sur l'ADN à Québec en 2019

La ville de Québec accueillera du 17 au 19 juin 2019 le 13e congrès international annuel CRISPR, qui est la plus importante conférence internationale sur un système de séquences répétées dans l’ADN devenu un puissant outil de génie génétique.

C’est le réputé chercheur Sylvain Moineau, professeur titulaire au département de biochimie, de microbiologie et de bio-informatique de l’Université Laval, qui organisera le congrès avec la collaboration de la professionnelle de recherche Denise Tremblay et de ses collègues de l’Université de Toronto, les biochimistes Alan R. Davidson et Karen Maxwell.

Le rôle que joue le système des courtes répétitions palindromiques groupées et régulièrement espacées, dont l’acronyme anglophone est CRISPR, dans les bactéries a été découvert en 2007 et a été grandement étudié avant d’aboutir à la création d’un outil capable de modifier le génome humain en 2012.

«C’est la première fois que ce congrès, qui a lieu chaque année depuis 2008, se tiendra au Canada. D’une cinquantaine de participants la première année, à Berkeley, il attire maintenant de 200 à 220 chercheurs. On essaie de le maintenir à une taille raisonnable pour que les gens puissent se parler et discuter», a expliqué M. Moineau en entrevue téléphonique avec Le Soleil.

M. Moineau qualifie ce congrès de véritable «Noël du chercheur» en raison du fait que la plupart des prochaines grandes découvertes sur la compréhension du système CRISPR/Cas 9 y sont présentées.

Le système CRISPR/Cas 9 a permis d’éliminer le gène pouvant causer la cardiomyopathie hypertrophique du génome d’un embryon humain dans une expérience réalisée par des scientifiques américains, chinois et coréens. Présent à l’intérieur des bactéries, il leur permet de se défendre contre les virus bactériophages s’attaquant à elles en coupant leur ADN de manière très précise.

M. Moineau et son équipe poursuivent leurs recherches sur ce système très prometteur en utilisant l’outil qui permet de faire des modifications au génome, que le chercheur qualifie d’absolument fantastique.