David Baazov, qui a démissionné de son poste de président et chef de la direction d'Amaya en août dernier, désirait racheter la société montréalaise pour 6,7 milliards $US, un montant qui inclut la dette.

Congé payé et indéterminé pour le patron d'Amaya

Accusé de délit d'initié, le grand patron d'Amaya (TSX: AYA), David Baazov, se retire temporairement de ses fonctions au sein de l'entreprise qui exploite le populaire site PokerStars.
L'homme d'affaires de 35 ans - qui continuera d'être rémunéré - part volontairement afin d'éviter «toute distraction» pour Amaya ainsi que pour se consacrer à l'offre qu'il désire présenter afin de fermer le capital de la société établie à Pointe-Claire.
«Je crois qu'en quittant mon poste à court terme, la société et sa direction auront moins de distractions, et je pourrai contester vigoureusement les allégations dont je suis la cible et poursuivre mon offre visant l'acquisition de la société», a-t-il indiqué par voie de communiqué.
Cette décision a eu un impact positif sur le titre d'Amaya, qui a gagné 12,76 %, ou 1,89 $, mardi après-midi, à la Bourse de Toronto, pour clôturer à 16,70 $.
La semaine dernière, l'Autorité des marchés financiers (AMF) a déposé cinq chefs d'accusation à l'endroit de M. Baazov en lien avec la mégatransaction de PokerStars, acquise en 2014 pour 4,9 milliards $US.
Deux autres personnes de son entourage ainsi que trois compagnies sont également dans la mire du gendarme financier québécois, qui a déposé au total 23 chefs d'accusation.
L'AMF a aussi obtenu des ordonnances pour bloquer les activités de 13 autres individus - dont le frère de M. Baazov - qui auraient empoché 1,5 million $ en effectuant des transactions sur la base d'informations privilégiées.
Le président et chef de la direction d'Amaya nie être la «source principale» des fuites d'informations privilégiées, tel qu'avancé par l'AMF dans des documents.
Celui-ci sera remplacé sur une base intérimaire par Rafi Ashkenaz, qui dirige actuellement la division regroupant PokerStars ainsi que Full Tilt.
Le poste de président du conseil d'administration sera confié à Divyesh (Dave) Gadhia, qui en est membre depuis 2010 et qui préside le comité indépendant qui évaluerait toute offre d'achat éventuelle de la part de M. Baazov.