Concorde: à Eddy Savoie de payer les frais de maintenance, dit Loews

La chaîne hôtelière Loews demande au propriétaire des Résidences Soleil de couvrir les frais du Concorde pour les trois prochains mois, le temps que la Ville de Québec cerne les répercussions de sa conversion en résidence pour personnes âgées.
C'est ce qu'a révélé vendredi le propriétaire des Résidences Soleil, Eddy Savoie, alors que son entente de principe avec Loews est venue à échéance.
M. Savoie poursuivra ses négociations avec la chaîne new-yorkaise la semaine prochaine. «Eux autres veulent qu'on couvre tous les frais qu'ils vont subir pendant les trois mois, avec les taxes, les intérêts, l'électricité, le gardiennage. On est à négocier ça pour essayer de s'entendre», explique-t-il.
L'homme d'affaires révèle que les frais de maintenance du Concorde, fermé depuis le 12 février, représentent «au-delà de 200 000 $ par mois».
M. Savoie espère décrocher une nouvelle entente de trois mois et demi, le temps d'être fixé par la Ville de Québec. L'administration Labeaume a annoncé la semaine dernière qu'elle se donne trois mois pour évaluer les répercussions économiques et touristiques de la conversion de l'hôtel en résidence pour personnes âgées.
Cette semaine, un homme d'affaires de Trois-Rivières, Jean-Claude Fortin, a manifesté l'intérêt de conserver la vocation hôtelière du Concorde, tout en y ajoutant des appartements de luxe.
Ce qui incite Loews à devenir «plus demandant», selon Eddy Savoie. «On ne veut pas entrer dans les détails, parce qu'il y en a qui font des offres, même si c'est pas sérieux, les offres. Ça nous met un petit peu dans l'embarras», a-t-il laissé tomber.
M. Savoie précise qu'il ne veut pas «commencer de chicane» avec Jean-Claude Fortin, qu'il ne connaît pas. Mais il constate que l'arrivée d'acquéreurs potentiels, dont M. Fortin, lui complique la tâche. «[Loews] me dit : "On a des offres, l'entente que nous avons avec vous ça nous coûte des sous"», relate-t-il.
«Restez ouverts»
Appelé à commenter ce nouveau rebondissement dans la saga du Concorde, le maire Régis Labeaume a réitéré vendredi qu'il souhaite maintenir sa vocation hôtelière. «On parle [à Loews] à New York tous les jours pour leur dire : "N'oubliez pas, restez ouverts. On pense que ça prend un hôtel là." Je pense qu'ils commencent à comprendre», a-t-il exprimé.
Le maire a tourné en dérision le fait qu'Eddy Savoie s'est déjà dit confiant «à 99,9 %» d'avoir l'aval de la Ville pour sa résidence pour personnes âgées. «Il est rendu à combien de pourcentage, là? 99,8 %?» a-t-il glissé.
Par ailleurs, M. Labeaume dit ne pas avoir été appelé par le promoteur Jean-Claude Fortin. «Il y a toutes sortes de monde... Il a juste à nous appeler. C'est spécial des fois. J'en vois, toutes sortes de monde. Je sais pas, je le connais pas, le gars. Je sais juste qu'il a eu des problèmes avec Trois-Rivières», a-t-il indiqué.
Avec la collaboration de Stéphanie Martin