«Seulement 12 % des détaillants sont équipés adéquatement pour transiger avec leurs clients», a avancé le premier vice-président Québec de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Christian Dubé.

Commerce en ligne: les détaillants mal outillés

Le renouvellement des infrastructures publiques apparaît au haut de la liste des priorités de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ).
Pas loin derrière, l'innovation technologique.
De l'innovation technologique, les entreprises québécoises en ont besoin d'une bonne dose, notamment celles du commerce de détail.
«Ne nous cachons pas la tête dans le sable. Nous accusons un sérieux retard à ce chapitre», a plaidé, mardi, le premier vice-président Québec de la CDPQ, Christian Dubé, devant la Chambre de commerce et d'industrie de Québec.
«Seulement 12 % des détaillants sont équipés adéquatement pour transiger avec leurs clients», a-t-il avancé. «Ce n'est pas pour rien que les Amazon de ce monde prennent énormément de place. Nous devons trouver des façons pour relever le défi», a mentionné M. Dubé en précisant que la CDPQ investira des sommes importantes, au cours des prochaines années, pour épauler les détaillants, notamment les plus traditionnels, dans le virage technologique qui s'impose.
«Avoir un site Internet, c'est une chose. Transiger avec un client, c'est une autre paire de manches. Lui livrer un produit dans un délai raisonnable et à peu de frais, c'est aussi une autre affaire. Pas évident lorsque vous compétitionnez avec Amazon qui vous offre un service gratuit de livraison dans un délai de 24 heures.»
Infrastructures
Au chapitre des infrastructures, à Québec, le SRB a été placé sur la voie de garage. À Montréal, les travaux du Réseau électrique métropolitain débuteront sous peu. Le projet de 6  milliards $ sera réalisé par la CDPQ.
Si le SRB devait renaître de ses cendres, la CDPQ pourrait y participer, a soutenu Christian Dubé, «à la condition que le gouvernement du Québec en fasse une priorité et qu'il nous demande de mener les études nécessaires.»