Le président et chef de la direction du Fonds de placement immobilier Cominar, Sylvain Cossette.

Cominar freine sa vente d’immeubles

En raison du surplus d’actifs commerciaux disponible actuellement sur le marché, le Fonds de placement immobilier Cominar met un frein à son plan de vente massif d’immeubles à Québec, à Montréal et à Ottawa.

Initialement, le plus important propriétaire foncier de la région de Québec espérait avoir complété la deuxième phase de son ménage immobilier à fin de l’année 2018. L’objectif était d’encaisser jusqu’à 1 milliard $.

À terme, cette cure minceur devait représenter une diminution d’environ 30 % de son portefeuille.

Le Fonds a changé sa cible après avoir reçu plusieurs offres en deçà de la valeur de ses propriétés.

La direction est aujourd’hui toujours en pourparlers ou sur le point de compléter une transaction pour sept immeubles d’une superficie totale de 323 000 pieds carrés (voir tableau). Précisons que des offres d’achat ont été acceptées pour trois édifices. La valeur des actifs sur le marché est d’environ 300 millions $.

«Nous poursuivons l’analyse de notre portefeuille d’immeubles afin d’identifier des opportunités supplémentaires de vente d’actifs pour assainir notre bilan et améliorer et accroître la valeur de nos propriétés dans le but d’augmenter le bénéfice d’exploitation net», note la direction de Cominar. «Notre portefeuille comprend plusieurs actifs urbains bien situés à proximité de lignes de transport ayant un potentiel significatif de création de valeur».

En 2017, la compagnie avait vendu dans une première étape presque tous ses actifs à l’extérieur de la province de Québec et de la région d’Ottawa. La firme Slate Acquisitions avait déboursé 1,14 milliard $ pour réaliser l’acquisition de 97 immeubles.

Intérêt

Au cours des derniers mois, plusieurs groupes immobiliers québécois ont démontré de l’intérêt pour acquérir une portion du portefeuille du Fonds, comme le Groupe Mach ainsi que Trudel Alliance.

Cominar a notamment essayé de vendre dans un même lot cinq de ses centres commerciaux, soit à Rimouski (Carrefour Rimouski), à Rivière-du-Loup (Centre commercial Rivière-du-Loup), à Thetford Mines (Carrefour Frontenac), à Saint-Georges (Carrefour Saint-Georges) et à Shawinigan (La Plaza de la Mauricie).

Vendredi, Cominar, qui mentionne toujours poursuivre ses objectifs de désendettement, a dévoilé ses résultats financiers pour son troisième trimestre de 2018.

La direction a rappelé avoir réalisé une transaction de 36 millions $ pour l’acquisition du 654 boulevard René-Lévesque (Place Haute-Ville) au cours des derniers mois. Elle détient aujourd’hui 429 immeubles.

Au 30 septembre 2018, le ratio d’endettement de Cominar se situait à 51,9 %, comparativement à 57,4 % au 31 décembre 2017.

Développement

Le Fonds a également soulevé durant la conférence de presse qu’il détenait 32 propriétés qui présentent des opportunités de développement ou de redéveloppement, car ils se retrouvent à proximité du futur réseau de transport structurant (tramway) de la Ville de Québec.

Lors d’une entrevue avec Le Soleil en septembre, le président et chef de la direction, Sylvain Cossette, avait toutefois indiqué que l’entreprise ne prévoyait pas démarrer de nouveau chantier pour le moment.

Quant au projet de l’Ilot Mendel, dans le secteur Duplessis, la direction prévoit annoncer de nouveaux détaillants au cours des prochains mois. Récemment, le géant suédois IKEA a accueilli ses premiers visiteurs. La bannière Decathlon ouvrira ses portes à l’automne 2019.

À la Bourse de Toronto, l’action du Fonds (TSX : CUF.UN) était en hausse vendredi midi de 1,07 %, pour atteindre 11,36 $.

Immeubles vendus ou encore sur le marché

768-790, boulevard Décarie (Montréal) : Vente signée, sujet à une vérification diligente

455, boulevard Fénelon (Dorval) : Vente signée, sujet à une vérification diligente

1199 boulevard Saint-George (Moncton) : Toujours sur le marché

950, boulevard Jutras Est (Victoriaville) : En négociation

736, rue King Est (Sherbrooke) : En négociation

3005, rue King Ouest (Sherbrooke) : En négociation

2400, ­autoroute Transcanadienne (Pointe-Claire) : Vente signée, sujet à une vérification diligente

Source : Cominar