Le nouveau président et chef de la direction de Cominar, Sylvain Cossette.

Cominar croit au Phare... mais passe son tour

Même s’il refuse d’être de l’aventure, le Fonds de placement immobilier Cominar assure croire en la viabilité du complexe immobilier Le Phare, dans Sainte-Foy.

«C’est vraiment un projet du Groupe Dallaire. Nous avons déjà suffisamment de projets de densification dans notre portefeuille sur lesquels on veut mettre l’accent», a avancé Caroline Lacroix, vice-présidente aux communications et marketing chez Cominar, assurant que la relation est toujours bonne entre les deux compagnies, malgré le récent divorce entre M. Dallaire et Cominar. 

C’est Sylvain Cossette qui occupe aujourd’hui la chaise de président et chef de la direction de Cominar.

«Ce n’est pas parce que nous ne croyons pas au développement, c’est parce que ce n’est pas notre projet. On veut garder notre focus sur nos propriétés», poursuit-elle.

Mercredi, questionné à savoir s’il y aurait d’autres investisseurs que son entreprise pour réaliser le méga développement immobilier de 650 millions $, le président du Groupe Dallaire, Michel Dallaire, a répondu être en discussions avec plusieurs joueurs québécois. Mais motus et bouche cousue sur leur identité.

Il a toutefois précisé que son habituel partenaire d’affaires, Cominar, ne serait pas de l’aventure. «C’est leur choix de ne pas faire partie du projet. [...] Cominar a décidé d’investir plus dans la région de Montréal que Québec.»

Compétiteur

Lorsqu’on consulte le portefeuille de Cominar, la compagnie détient à quelques jets de pierres du Phare, les anciens terrains de l’assureur SSQ. Le site a longtemps hébergé le restaurant Le Bâton Rouge. 

En 2016, la direction du fonds avait l’intention d’y construire un projet mixte de deux tours de 30 étages. Impossible de savoir si les plans ont changé depuis, surtout que la société est présentement à la rechercher d’acheteurs potentiels pour certaines de ses propriétés à Québec, à Montréal et à Ottawa. L’objectif est de vendre plus d’un demi-milliard de dollars d’actifs.

«Éventuellement, il va y avoir un projet [sur l’ancien terrain de SSQ]», avance Mme Lacroix, ne pouvant pas révéler plus d’information pour le moment. 

Ce développement pourrait alors devenir un compétiteur au Phare.

À ce jour, en partenariat, Cominar et Groupe Dallaire ont notamment réalisé le Complexe Jules-Dallaire, à Sainte-Foy, et le pôle commercial Espace Bouvier, à Lebourgneuf. Ils sont aussi toujours propriétaires d’un terrain près du Réno-Dépôt sur la rue du Marais.

Possibles investisseurs

Du côté des possibles investisseurs qui pourraient injecter des billets verts dans le complexe du Phare, la Caisse de dépôt et placement du Québec et Ivanhoé Cambridge ont indiqué «ne pas commenter les rumeurs» à propos de leurs stratégies d’investissement. 

Investissement Québec a affirmé que le développement immobilier ne faisait pas partie de ses «secteurs admissibles» pour obtenir du financement. 

Chez Desjardins, la direction refuse de confirmer ou d’infirmer si la coopérative a eu des pourparlers avec le promoteur. 

«En général, si on vient nous voir, c’est certain que nous allons évaluer le dossier», note la porte-parole, Chantal Corbeil. «Je ne peux toutefois pas confirmer si nous avons un intérêt ou pas».

Le complexe Le Phare prévoit la construction de quatre tours, dont l’une de 65 étages et trois de 15 à 45 étages. Une place publique et une salle de concert sont également dans les plans. 

À la Bourse de Toronto, l’action de Cominar (TSX : CUF.UN) a clôturé à 12,30 $, vendredi, en hausse de 0,16 %.