Le complexe d’hébergement que prévoit construire Club Med dans Charlevoix comprend trois immeubles reliés par des passerelles. Le plus haut aura huit étages.

Club Med dans Charlevoix bientôt lancé [VIDÉO]

Club Med démarrera officiellement au cours des prochains jours la construction de son complexe de 120 millions $, dans Charlevoix. Par ailleurs, la chaîne française entame son processus de réservation pour les groupes corporatifs.

Mercredi, la direction de Club Med pour l’Amérique du Nord a fait le point avec les médias sur le développement immobilier quatre saisons au Massif de Petite-Rivière-Saint-François. L’ouverture est toujours prévue pour décembre 2020 et aucun dépassement de coûts n’est prévu, et ce, malgré le fait que le chantier pour l’aménagement du site ait été arrêté cet automne par le ministère de l’Environnement.

Pour se rafraîchir la mémoire, le projet prévoit la sortie de terre d’un hôtel de 302 chambres au pied de la montagne. L’argent doit également servir à bonifier les installations du centre de ski afin de répondre à la demande. D’autres remontées mécaniques seront installées à l’été 2020.

Les responsables espèrent toujours atteindre un achalandage de 580 000 jours/montagne, toutes activités confondues. L’été, ils misent sur le vélo de montagne et la randonnée pédestre. 

«Ce qu’on remarque depuis trois ans, c’est qu’il y a une très forte progression de la clientèle canadienne et nord-américaine pour nos produits ski», indique Xavier Mufraggi, président-directeur général de Club Med pour l’Amérique du Nord. «Nous avons un boum de cette clientèle et c’est très surprenant, car ce marché dans le monde est plutôt stable. C’est le cas au Canada, aux États-Unis, au Brésil, en Israël, en Russie, en Turquie et en Chine», poursuit-il.

Club Med affirme que son chiffre d’affaires pour ce type de produits a triplé en l’espace de cinq ans. Le site le plus prisé par les amateurs de neige est aujourd’hui Val Thorens, en France. 

La construction du premier édifice devrait débuter à la fin février et celle des deux autres immeubles au mois de mars. La direction est toujours en attente d’une dernière autorisation environnementale.

Réservations

Mais revenons à nos moutons. Depuis mercredi, les entreprises peuvent réserver leur séjour dans Charlevoix. Il faut être au minimum 20 adultes ou réserver 10 chambres pour au moins deux nuitées.

Le complexe d’hébergement du Club Med sera réparti sur trois édifices reliés par des passerelles. L’immeuble le plus haut sera de huit étages. Les clients pourront profiter d’une piscine intérieure, d’un spa, d’une salle de conférence, d’un bar et de deux restaurants qui mettront de l’avant des produits locaux. En hiver, une patinoire sera aménagée.

Certification écolo

La construction du premier édifice devrait débuter à la fin février et celle des deux autres immeubles au mois de mars. La direction est toujours en attente d’une dernière autorisation environnementale.

Club Med a tenu à préciser durant son point presse qu’elle souhaite réduire au minimum l’empreinte écologique de ce développement sur la région. Elle vise obtenir pour le site la certification BREEAM, qui évalue la durabilité écologique, de même que la certification Green Globe.

La facture pour la construction du premier village de ski tout-inclus de l’organisation en sol canadien sera divisée entre des investisseurs privés, la chaîne française ainsi que les gouvernements provincial et fédéral. Club Med injectera 14 millions $ dans l’aventure, Ottawa et Québec 36 millions $ sous forme de prêts remboursables. Investissement Québec, qui détient déjà des parts dans l’entreprise Groupe Le Massif, propriétaire de la montagne, déboursera 2 millions $.

Parmi les investisseurs privés, on retrouve, entre autres, les hommes d’affaires Daniel Gauthier, Guy Laliberté, le Groupe Germain et Pierre Thabet.

Environ 325 emplois permanents seront créés grâce à ce nouveau complexe d’hébergement. En moyenne, le projet devrait attirer 50 000 clients annuellement.

Au cours des dernières années, le projet de Club Med a eu du plomb dans l’aile à maintes reprises. Après avoir été abandonné en décembre 2015, il avait été relancé en avril 2016. 

Établi dans 26 pays répartis sur cinq continents, Club Med emploie aujourd’hui plus de 23 000 personnes. L’entreprise détient des villages de neige en France, en Italie, en Suisse, au Japon et en Chine, notamment. En parallèle, l’enseigne travaille présentement sur huit autres projets de Club Med à travers le monde, dont un chantier d’environ 40 millions $ à la Guadeloupe.

+

AÉROPORT DE QUÉBEC: LES TRANSPORTEURS BONIFIERONT LEUR OFFRE

Xavier Mufraggi, pdg de Club Med en Amérique du Nord et Frédéric Sujobert, vice-président aux opérations du Groupe Le Massif

L’Aéroport de Québec sera un joueur important afin d’assurer le succès du projet de Club Med, dans Charlevoix. Et la chaîne française ne le cache pas. Elle a été approchée par plusieurs compagnies aériennes qui pourraient offrir dès 2020 de nouvelles liaisons dans la capitale.

«Ce qu’on estime que sera l’aéro­port au cours des prochaines années est un atout important pour notre projet», avance le pdg de Club Med en Amérique du Nord, Xavier Mufraggi. 

«Oui, nous avons travaillé avec des responsables de l’aéroport. Nous avons aussi été approchés par des compagnies aériennes canadiennes, américaines et européennes. Ils savent la qualité de notre clientèle», poursuit-il, mentionnant Air Transat, Air Canada, Delta Air Lines, Air France et British Airways.

Est-ce qu’on pourrait éventuellement voir des liaisons Québec-Chine? 

«Je ne sais pas, il faut avoir beaucoup de volume. On veut être capable d’attirer des Nord-Américains, mais aussi des gens de l’Amérique du Sud, comme du Brésil. On vise aussi une clientèle européenne et asiatique. Cette dernière pourrait passer par Toronto ou Montréal.»

Chaque année, 16 000 Brésiliens profitent des établissements de ski de l’enseigne française.

M. Mufraggi estime que le projet de centre de prédédouanement américain à l’aéroport de Québec sera un outil alléchant pour attirer des gens dans la grande région de Québec. 

«Cela va permettre d’avoir beaucoup plus de liaisons directes avec des villes importantes aux États-Unis. Nous avons aussi récemment entendu qu’il y avait du travail pour établir des liaisons entre Québec et Londres, Paris voire Bordeaux», dit-il.

Selon Club Med, l’ouverture du village de ski au Massif de Petite-Rivière-Saint-François devrait faire augmenter de 6 % l’achalandage de l’Aéroport international Jean-Lesage de Québec. Environ 70 % de la clientèle devrait arriver par la voie des airs, soit 40 000 personnes par année.

Le train de Charlevoix

Pour faciliter l’accès au site, Club Med souhaite aussi profiter du train de Charlevoix. La direction de Réseau Charlevoix a récemment annoncé que le service serait maintenu durant l’hiver. 

«On cherche à développer tous les moyens de transport. La majorité de nos clients vont venir en minibus», affirme M. Mufraggi. «Pour le train, cela va permettre aux gens de découvrir la région et de limiter l’impact de la circulation», conclut-il.