Alban D’Amours et Claude Béland en février 2000, lorsque le premier a accédé à la présidence du Mouvement Desjardins.

Claude Béland (1932-2019): «On vient de perdre un grand Québécois»

Alban D’Amours a été le successeur de Claude Béland à la présidence du Mouvement Desjardins, en 2000. Il aura côtoyé l’homme pendant plus de 40 ans. «Je suis allé à son école, j’ai appris énormément de lui.»

«On vient de perdre un grand Québécois, quelqu’un qui était animé par de grandes valeurs et qui a su influencer beaucoup de jeunes et de plus vieux dans notre monde d’aujourd’hui», a indiqué M. D’Amours, en entrevue avec Le Soleil. 

C’est Claude Béland lui-même qui avait recruté M. D’amours en 1988 au sein de Desjardins. «J’ai découvert un homme très soucieux de l’humain. Soucieux de mettre l’argent au service des gens.»

À LIRE AUSSI: L'ancien président du Mouvement Desjardins, Claude Béland, s'éteint à 87 ans

M. D’Amours juge que depuis l’arrivée de M. Béland dans l’institution, il incarnait le «renouveau» et avait une vision «optimiste de l’avenir». Il tenait beaucoup à l’efficacité du Mouvement Desjardins.

«Il a restructuré le mouvement et a fait en sorte que la propriété soit clairement établie comme étant celle des membres. Il a convaincu les membres, les coopérateurs et les dirigeants de Desjardins qu’il fallait faire un pas en avant.»


« J’ai découvert un homme très soucieux de l’humain. Soucieux de mettre l’argent au service des gens »
Alban D’Amours

Alban D’Amours a laissé sa place de président en 2008. Pendant ces huit années, M. Béland est demeuré impliqué et présent pour «les tenir en alerte». 

Selon M. D’Amours, il était toujours prêt à réagir et à trouver l’occasion d’améliorer les choses qui devaient l’être. 

«Il n’avait pas peur du changement, il écoutait les besoins et est à l’origine de nombreuses initiatives. Il laisse sa marque ici et ailleurs», termine-t-il.