L’établissement de Cineplex The Rec Room à Edmonton.

Cineplex lorgne les espaces commerciaux pour une arcade pour adultes

Cineplex cogne aujourd’hui aux portes des propriétaires d’espaces commerciaux du Québec afin de développer ses nouvelles offres de divertissement.

Au cours des dernières années, alors que les salles de cinéma enregistraient des baisses d’achalandage, Cineplex a développé de nouveaux marchés, avec ses produits d’arcades The Rec Room, Topgolf et Playdium.

Afin d’installer ses nouvelles offres en sol québécois, des concepts en expansion du côté anglais, la société torontoise a entre autres eu des pourparlers avec le Fonds de placement immobilier Cominar.

La possibilité d’ouvrir une succursale The Rec Room dans le nouveau pôle commercial du groupe dans le secteur Duplessis, à Québec, a été soulevée ainsi que pour un emplacement du côté du Centropolis, à Laval. Les négociations se poursuivent.

«Nous sommes en discussion avec eux pour certains de leurs projets», confirme Caroline Lacroix, vice-présidente, communications et marketing, chez Cominar. «Ils doivent toutefois obtenir certaines autorisations avant de pouvoir s’installer ici. Nous sommes toujours dans l’attente», poursuit-elle.

Ce qui bloquerait Cineplex dans son projet d’expansion au Québec est en lien avec «certaines dispositions des Règles sur les appareils d’amusement et du Règlement sur les appareils d’amusement relativement aux jeux dits de rédemption», peut-on lire dans le registre des lobbyistes.

La compagnie a mandaté la firme Tact Intelligence-Conseil pour promouvoir auprès du gouvernement son produit The Rec Room. Ce dernier rassemble sous un même toit un restaurant, un bar, des jeux d’amusement, des arcades et des spectacles. Il vise une clientèle adulte.

L’établissement de Cineplex The Rec Room à Edmonton.

Cineplex demande au provincial que les appareils d’amusement de type jeux de rédemption de fabrication industrielle soient permis au Québec comme c’est le cas en Alberta et en Ontario.

De l’intérêt

Du côté d’Ivanhoé Cambridge, propriétaire de plusieurs centres commerciaux au Québec, notamment Laurier Québec et Place Ste-Foy, la direction refuse de confirmer avoir des pourparlers avec le géant du divertissement.

Selon nos informations, certaines offres de Cineplex intéresseraient toutefois l’entreprise, notamment en raison de ses locaux vacants.

« Nous mettons beaucoup d’énergie pour enrichir l’expérience pour nos visiteurs. C’est une priorité. Le divertissement et les expériences culinaires sont d’ailleurs en tête de liste. Cela dit, nous ne commentons pas nos discussions avec les locataires potentiels», indique au Soleil Claude Sirois, président, centres commerciaux.

Même son de cloche du côté du Groupe Oxford, propriétaire des Galeries de la Capitale.

Le directeur de l’établissement, Stéphan Landry, refuse de s’avancer sur de possibles pourparlers. Il concède toutefois que le divertissement est une priorité pour ses patrons.

«Ce sont des choses qu’on regarde. On connaît le concept The Rec Room, mais je ne ferai pas de commentaires», souligne-t-il.

Jeudi, sur le site spécialisé en commerce de détail, Retail Insider, la porte-parole de Cineplex, Sarah Van Lange, a indiqué que le paysage de la vente au détail était en train de changer.

«Les propriétaires cherchent des moyens pour augmenter le temps des consommateurs dans leur établissement. Ils se tournent vers l’alimentation et le divertissement», affirme-t-elle.

Joint par Le Soleil, elle n’a pas voulu s’avancer sur les projets pour Québec. Elle a toutefois réitéré l’intérêt de l’entreprise pour les marchés de Montréal et de Québec.

L’entreprise, qui compte 163 cinémas au Canada, s’est dotée en 2017 d’un budget de 150 millions $ pour ouvrir entre «10 et 15» nouveaux The Rec Room d’une superficie de 40 000 à 60 000 pieds carrés. Il y en a actuellement cinq au Canada.

La compagnie prévoit convertir en 2019 un cinéma à Brampton, en Ontario, en succursale Playdium. Une première. Le commerce, qui vise les adolescents et les familles, sera d’une superficie de 45 000 pieds carrés. En plus de plusieurs jeux, entre autres de la réalité virtuelle, Cineplex prévoit conserver une salle de cinéma. La société souhaite ouvrir entre 10 et 15 emplacements de ce type dans les années à venir.

Quant à Topgolf, plusieurs centres devraient ouvrir au cours des prochaines années. Cineplex est partenaire avec la compagnie américaine depuis juillet.