Les Québécois ont investi 515 millions $ dans le mégaprojet de Ciment McInnis.

Cimenterie à Port-Daniel: «un bon projet», maintient Couillard

Malgré des dépassements de coûts de l'ordre de 444 millions $ et une empreinte environnementale importante, Philippe Couillard estime que la cimenterie à Port-Daniel-Gascons «est un bon projet» qui, à terme, sera rentable.
Le gouvernement libéral n'a jamais douté du potentiel du projet prévu par Ciment McInnis en Gaspésie. Et sa position n'a pas changé malgré tous les rebondissements intervenus ces deux dernières années, particulièrement cet été.
«La première question qu'on s'est posée en arrivant au gouvernement [le projet a été annoncé par le Parti québécois], c'est: «Est-ce que c'est un projet qui tient la route commercialement? Non seulement on a répondu oui à l'époque, [mais] l'évaluation la plus récente des dernières semaines à la suite de dépassements de coûts sur le chantier, faite par la CDPQ et d'autres personnes, conclut qu'il est encore plus intéressant que ce qu'on pensait», a déclaré M. Couillard dimanche, en marge du congrès des jeunes libéraux.
La CDPQ, en tant que bailleur de fonds, a annoncé plus tôt cette semaine avoir pris le contrôle du projet en raison des dépassements de coût de 444 millions $ confirmés fin juin par le gouvernement du Québec. Le bas de laine des Québécois a dans la foulée injecté 125 millions $ supplémentaires.
Un quatrième investisseur, le gestionnaire de fonds américain BlackRock Alternative Investors, s'est greffé au projet récemment, ayant décaissé lui aussi 125 millions $. La CDPQ a finalement annoncé qu'un changement de direction avait été effectué en marge de sa prise de contrôle de Ciment McInnis.
Convaincu plus que jamais
Ce coup de barre a rassuré le premier ministre, qui est plus convaincu que jamais «de la solidité du projet». M. Couillard a vanté dimanche la présence d'un gisement calcaire «de bonne qualité» et la possibilité de développer les marchés étrangers. Reprenant les termes de la CDPQ, il a dit y voir un «actif de classe mondiale».
Le gouvernement, qui refuse de parler de gaspillage de fonds publics même si la Caisse a déboursé davantage qu'anticipé, garde le cap également pour assurer à la Gaspésie des emplois de bonne qualité, a ajouté le premier ministre. «Le taux de chômage est encore à 14% en Gaspésie. [...]On continue à soutenir les petites et moyennes entreprises, mais ça prend, dans une région, une locomotive industrielle.»
La cimenterie, en construction depuis mai 2014, devait coûter 1,1 milliard $. Elle produira 2,2 millions de tonnes de ciment annuellement.
Impacts environnementaux
Interrogé sur les impacts environnementaux de la cimenterie, Philippe Couillard a admis que des émissions de gaz à effet de serre vont de paire avec le projet. «Il y a des solutions technologiques qui existent pour ça», a-t-il poursuivi, sans préciser quels moyens pourraient être pris pour diminuer l'impact du projet de Port-Daniel.
Le premier ministre, qui a récemment fermé la porte à l'exploitation des hydrocarbures sur l'île Anticosti, a rejeté toute apparence de contradiction dans sa vision. «On ne mettra pas sur le même pied un projet de fracturation hydraulique dans une île du golfe du Saint-Laurent et le projet à Port-Daniel», a-t-il rétorqué.