Un arrêt de production de six à sept semaines découlant d'un bris au four de la cimenterie paralyseront une partie de ses prochaines activités.

Ciment McInnis: la production interrompue plusieurs semaines à Port-Daniel

PORT-DANIEL — Un important bris au four de Ciment McInnis forcera la cimenterie de Port-Daniel à cesser sa production durant six à sept semaines. La firme précise qu’un arrêt de production à des fins d’entretien était déjà prévu et que le bris n’y ajoute qu’une à deux semaines.

Le bris serait survenu jeudi, en fin de journée ou en début de soirée. La compagnie refuse de confirmer la rumeur selon laquelle un arbre d’entraînement aurait surchauffé au point de se déformer et d’endommager du même coup son enveloppe métallique.

«On n’a pas à commenter davantage nos arrêts de maintenance. Celui-ci sera allongé d’une ou deux semaines en raison du bris […] c’est tout; six à sept semaines d’arrêt au total, devancé», précise la porte-parole de Ciment McInnis, Maryse Tremblay.

Le coût prévu des réparations reste inconnu. «Ça ajoute une à deux semaines sur notre arrêt déjà planifié. L’ensemble de l’usine n’est pas arrêtée, on continue de broyer du ciment, on continue la distribution. On ne fait que devancer ce qui était déjà prévu pour pouvoir réparer en même temps l’équipement. L’impact sur nos activités est limité étant donné le moment où il survient par rapport à nos opérations, en basse saison», ajoute-t-elle.

Première convention collective

D’autre part, les 60 employés syndiqués de Ciment McInnis viennent de signer leur première convention collective, après cinq mois de négociations. Le contrat de travail prévoit une hausse de 2,6 % de salaire la première année, et 3 % pour chacune des deux années suivantes.

L’entente prévoit aussi le versement d’un boni de 1500 $ à la signature du contrat, des pauses dans un endroit convenable, un endroit pour prendre les repas fixé par la convention, une majoration des primes de quarts de nuit et l’ajout de primes pour les quarts de fin de semaine.

La convention collective touche les employées de la cimenterie et de la carrière, mais pas ceux du terminal maritime. Les employés de l’usine ont approuvé l’entente à 83 %, et à 89 % à la carrière. Ciment McInnis procure du travail à 153 personnes, incluant les sous-traitants.

Le représentant syndical Dany Maltais précise que les négociations reprendront en janvier avec deux importants sous-traitants, Somavrac, qui emploie environ 25 personnes au terminal maritime et à l’entreposage, et Aluma Systems, une firme d’entretien des installations comptant près 60 travailleurs. «Ils devraient être des employés de Ciment McInnis mais la compagnie a décidé de fonctionner autrement», dit-il.

Un comité de relations de travail est aussi établi à Port-Daniel pour que les travailleurs puissent participer aux décisions de l’entreprise.

Maryse Tremblay note que les dirigeants de la firme sont «extrêmement satisfaits que l’entente ait été ratifiée et du processus de négociations. Il y a un élément de stabilité avec une convention qui convient à nos employés».

Ciment McInnis est entrée en production en juin 2017. La Caisse de dépôt et de placement du Québec constitue l’actionnaire de contrôle.