La Food and Drug Administration (FDA) reproche à Juul une série de violations dans les pratiques de marketing et les messages publics de la marque.

Cigarette électronique: avertissement des autorités américaines au fabricant Juul

WASHINGTON — Les autorités de santé américaines ont de nouveau menacé lundi le fabricant de cigarettes électroniques Juul de sanctions en raison de ses pratiques marketing, notamment en direction des jeunes.

La Food and Drug Administration (FDA) a énuméré dans une lettre au patron de Juul, Kevin Burns, une série de violations dans les pratiques de marketing et les messages publics de la marque.

En particulier, un représentant de Juul est accusé d’avoir expliqué à des élèves lors d’une présentation dans une école que Juul était «99% plus sain que les cigarettes» et que la FDA «l’autoriserait tout de suite».

La FDA demande à Juul de prouver scientifiquement, sous 15 jours, son argument que les produits de Juul sont moins nocifs que les cigarettes, sous peine d’avoir enfreint la réglementation sur les produits alternatifs au tabac.

Le danger relatif du vapotage par rapport aux cigarettes est un sujet de débat. Certes, les liquides des recharges ne contiennent pas de nombreuses substances reconnues comme cancérigènes et présentes dans les cigarettes, mais elles contiennent de la nicotine, qui crée de l’accoutumance.

Et elles incluent de nombreux additifs dont l’effet sur la santé est encore peu connu, comme la mort récente de cinq personnes aux Etats-Unis l’illustre.

Ces cinq personnes sont décédées cet été, et 450 sont tombées malades, après avoir consommé des cigarettes électroniques. On ignore ce qui a causé les maladies pulmonaires aigües, mais dans de nombreux cas, il s’agissait de recharges achetées sur le marché noir et contenant la substance psychoactive du cannabis, le THC, ajoutée à d’autres ingrédients en cours d’analyse.